Contre l'anxiété, bougez !

© Fotolia

Avec la rentrée, les soucis et la pression reviennent, et bien souvent aussi l'anxiété. Si vous faites partie des 5 à 10% de la population qui souffrent d'anxiété, avez-vous déjà pensé à l'activité physique pour vous débarrasser des symptômes gênants ?

PUB

L'activité physique réduit l'anxiété. Mais comment ?

Exercer une activité physique soutenue a un impact sur pratiquement toutes les fonctions du corps. Voici les éléments qui changent pendant que vous faites de l'exercice et qui diminuent l'anxiété :

* L'exercice entraîne la production d'endorphines, hormones qui entraînent une sensation de bien-être.

* Faire du sport vous aide aussi à éliminer les tensions musculaires qui sont les premiers signes de stress.

PUB
PUB

* Une activité physique dans laquelle vous vous sentez bien et que vous pratiquez régulièrement donne un sentiment de progression et de confiance en soi bénéfique pour votre humeur.

* Enfin, l'activité physique peut devenir un rituel bien-être qui vous aide à lutter contre les attaques de panique.

Quelles activités physiques contre l'anxiété ?

Le lien entre augmentation de l'activité physique et diminution de l'anxiété est prouvé au-delà du doute par de très nombreuses études. Mais quel sport faut-il pratiquer, et combien de temps? La réponse est moins catégorique. Dans l'ensemble on pense cependant que les activités qui sollicitent le système cardiovasculaire (course, vélo, nage) sont plus utiles que les autres, comme la musculation ou stretching. Il a aussi été démontré qu'il faut pratiquer le sport pendant à peu près 10 semaines pour parvenir à une diminution générale des symptômes anxieux (ce qui ne veut pas dire qu'il faut attendre ce temps-là pour ressentir le bien-être qui accompagne la pratique sportive!).

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Vendredi 01 Octobre 2010 : 15h47
Mis à jour le Mercredi 06 Octobre 2010 : 17h05
Source : "Guérir l'anxiété pour les nuls", Dr Charles H. Elliott, éditions First. "The influence of exercise on mental health", Daniel M. Landers, Arizona State University (www.fitness.gov). (1)