Les enfants et l'argent poche : une transaction à bien négocier...
Sommaire

A quel rythme ?

Il est essentiel que le versement soit régulier, en termes de montant (avec une revalorisation possible chaque année au fur et à mesure de la croissance de l'enfant) et de rythme (hebdomadaire ou mensuel). Le versement hebdomadaire paraît plus adapté aux petits montants donnés à de jeunes enfants qui n'ont souvent pas pleinement conscience, ni de la valeur de l'argent, ni de celle du temps.En revanche, dès l'âge de 10-12 ans, le rythme mensuel semble avoir plus de vertus éducatives : savoir attendre et apprendre à gérer ses dépenses sur le mois.

Quelles règles mutuelles respecter ?

Pour que la transaction qui s'opère entre les parents et leur(s) enfant(s) à travers le don d'argent de poche ait un sens éducatif, il est très important que celle-ci se fasse selon un cadre précis et bien défini à l'avance. Par exemple :

  • le montant est fixé pour l'année et ne peut être renégocié. Si votre enfant est un « panier percé » et se retrouve sans pièce dès le début du mois, ne comblez surtout pas « son déficit ». A lui d'apprendre à gérer ses dépenses et ses frustrations !
  • pas question de transformer ce don en un chantage comme « si tu as de bonnes notes, je te donne x euro en plus » ou inversement, « comme tu n'as pas rangé ta chambre, je te supprime ton argent de poche » ;
  • la règle « ni repris, ni supprimé » est aussi de mise. Autrement dit, l'argent de poche ne doit pas servir de prétexte pour régler d'autres transactions entre l'enfant et ses parents ;
  • laissez-le faire ses propres expériences ! Voir toutes ces pièces partir pour une petite poignée de bonbons, lui permet de bien comprendre la valeur de l'argent…
  • à l'adolescence, n'hésitez pas à vous renseigner sur ses dépenses. Il peut être utile de votre part, de faire un effort de tolérance devant l'achat de certaines futilités (après tout, c'est son choix !), mais il est aussi légitime de vous assurer que l'argent n'est pas dédié à des achats dangereux (armes, alcool, tabac et autres « pétards ») ;
  • il est aussi important de savoir que donner de l'argent de poche à son enfant ne constitue en rien une obligation parentale ! Mieux vaut ne pas en verser à son enfant que le faire par lassitude d'entendre « mais tous mes copains en ont ». Néanmoins, il est vrai qu'à partir de la pré-adolescence, l'argent est un vecteur de leur socialisation : pas d'argent, pas de sortie avec les amis ;
  • méfiez-vous de l'attitude de certains qui estiment que toute peine mérite salaire et qui demandent un petit travail (souvent une aide ménagère) à leur(s) enfant(s) en échange d'un peu d'argent de poche. L'enfant n'apprend pas alors la notion de service et de partage, et il risque de se mettre à monnayer chaque tâche demandée (et si les parents faisaient de même ?) et donc de refuser de le faire si de l'argent ne lui était pas donné ;
  • vous avez choisi de lui donner de l'argent de poche ? Rien ne vous empêche pour autant de lui enseigner le principe de réalité, selon lequel « l'argent ne tombe pas du ciel » et cela, quel que soit le niveau de vie de la famille. Dès qu'il en aura l'âge, incitez-le à faire de petits jobs s'il souhaite un meilleur budget !
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :