Enfant décédé, vie abrégée des parents

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 12 Mars 2003 : 01h00
Une mortalité accrue est observée chez les mères ayant perdu un enfant. Cette augmentation, à la fois de cause naturelle et non naturelle, est particulièrement importante au cours des trois années suivant la mort de l'enfant. Le risque de décès non naturel est multiplié par 4.
PUB

Au cours de cette enquête danoise, 12.072 enfants âgés de moins de 18 ans entre 1980 et 1996 ont été recensés. Leurs parents ont été suivis jusqu'à leur propre décès. Comparé à une population composée de parents n'ayant pas perdu d'enfant, les auteurs constatent un taux de mortalité plus élevé chez les mères endeuillées. Cette augmentation est surtout évidente pour les décès par accident, suicide ou autres causes non naturelles (multipliée par 2,45) et se produit majoritairement au cours des trois premières années suivant le décès de leur petit (multipliée par 4). A plus long terme, les causes sont surtout naturelles : cancers, pathologies vasculaires, digestives, etc. Il semblerait que cette hausse de mortalité maternelle soit plus importante dans le cas de la mort non naturelle et/ou inattendue d'un enfant. Par ailleurs, ces mères seraient plus affectées lorsque l'enfant est âgé de plus d'un an.

En ce qui concerne les pères, la mort d'un enfant ne modifie globalement pas leur mortalité. Pourtant, on observe une élévation du taux de décès par cause non naturelle (multiplié par 1,57) durant les trois années qui suivent la mort de l'enfant.

Un choc psychologique indéniable

PUB
PUB

Un tel stress psychologique crée des changements physiopathologiques susceptibles d'augmenter les risques de maladies infectieuses ou cardiovasculaires et de modifier le pronostic d'un cancer. Il peut également conduire à l'adoption de comportements se répercutant directement sur l'espérance de vie : dépression, consommation excessive d'alcool, de tabac, de drogues.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 12 Mars 2003 : 01h00
Source : Li J. et coll., The Lancet 361 : 363-367, 2003.
PUB
PUB
A lire aussi
Les Français se portent bienPublié le 18/02/2002 - 00h00

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002....

Faire un bébé à 40 ansPublié le 06/12/2004 - 00h00

L'âge de la première grossesse ne cesse de reculer. Famille recomposée, carrière à entreprendre, allongement de la durée de vie et développement des techniques d'aide à la procréation sont autant de facteurs qui expliquent ce phénomène. Toutefois, si faire un enfant à 40 ans est...

Tabac : connaissez-vous vraiment tous les risques ?Publié le 11/09/2006 - 00h00

Le tabac est responsable chaque année du décès de 66.000 Français. Il est aussi à l'origine d'une longue liste de cancers, le cancer du poumon arrivant en tête, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires. Et pourtant, 40 % des Français à l'âge adulte fument.

Plus d'articles