Enfant : la collectivité favorise asthme et allergie

L'entrée en collectivité a pour conséquence d'exposer précocement les enfants aux infections. Cette exposition est-elle protectrice, par exemple en induisant une sorte d'immunité contre les agents déjà rencontrés ? Ou inversement, est-elle néfaste en augmentant le risque d'allergie et d'asthme ?
Publicité

Manifestations allergiques en collectivité

La réponse à cette question est difficile, tellement les résultats des études publiées sur ce sujet sont contradictoires. Une nouvelle étude apporte des éléments convaincants. Cette analyse suédoise a porté sur plus de 10.000 enfants âgés de 1 à 6 ans. Des questionnaires ont permis de recueillir des données sur les symptômes respiratoires et allergiques, l'environnement familial et le mode de garde de ces enfants.

Hausse flagrante des symptômes d'asthme et d'allergie

La conclusion est sans équivoque, les enfants gardés en collectivité présentent beaucoup plus de symptômes d'asthme et d'allergie que les autres. Cette hausse spectaculaire est particulièrement importante chez les jeunes enfants de 1 à 4 ans. Ce résultat est en contradiction avec de nombreuses autres études épidémiologiques, lesquelles sont d'ailleurs à l'origine de la théorie hygiéniste.Ainsi, chez les petits gardés en collectivité, les symptômes allergiques sont potentialisés dans des proportions allant de 12% à 160% :+ 33% de sifflements + 56% de toux nocturne + 23% d'asthme + 15% de rhinite + 75% de rhume des foins +49% d'eczéma+27% de réactions allergiques aux aliments+160% de rhume Le mode de garde est donc associé à une augmentation du risque de symptômes respiratoires, d'eczéma et de réactions allergiques alimentaires. Dans cette étude, la collectivité ne confère aucun signe de protection vis-à-vis de l'allergie chez les enfants de 1 à 6 ans. En pratique, dans la mesure du possible, la mise en collectivité ne doit pas être trop précoce, et ce, encore plus s'il existe des antécédents familiaux d'asthme et d'allergie. Et bien sûr, il faut veiller à ce que le calendrier vaccinal soit bien à jour...

Publicité
Publicité
Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 10 Mai 2006 : 02h00
Source : Hagerhed-Engman L. et coll., Allergy, 61 (4) : 447-453, 2006.
PUB