Dry January : le défi pour retrouver la forme après les fêtes

Le défi Dry January lancé au Royaume-Uni consiste à ne pas boire d’alcool pendant le mois de janvier. Ses effets sur la santé seraient nombreux et dureraient jusqu’à huit mois plus tard. Explications.
© Adobe Stock

Les fêtes de fin d’année et leurs excès sont désormais derrière nous. Mais comment récupérer et commencer l’année en pleine forme ? Selon des chercheurs en psychologie de l’université du Sussex (Royaume-Uni), le défi appelé "Dry January" qui consiste à ne pas boire une goutte d’alcool pendant tout le mois de janvier aurait des effets bénéfiques sur la santé et ce pendant plusieurs mois. Ces travaux, encadrés par le docteur Richard de Visser, font l’objet d’un communiqué universitaire publié le 28 décembre 2018.

Consommation d’alcool toujours moindre 8 mois plus tard

Les chercheurs britanniques se sont intéressés à 800 personnes qui ont participé à l’évènement Dry January en 2018, un défi initialement lancé par l’Association anglaise Alcohol Change UK. Selon les scientifiques, ces participant·e·s consommaient toujours moins d’alcool que d’habitude au mois d’août, soit huit mois après le début du défi. Ainsi, pour ces 800 personnes, trois principaux résultats émergent de cette recherche :

  • Le nombre de jours avec alcool passe de 4,3 à 3,3 par semaine ;
  • Le nombre d’unités d’alcool consommées par jour avec alcool passe en moyenne de 8,6 à 7,1 ;
  • Le nombre de jour passés à être saoul·e chutait de 3,4 à 2,1 par mois en moyenne.

Comme le remarque donc le docteur de Visser cité par le communiqué de l’université du Sussex, "le simple fait de ne pas boire d’alcool pendant un mois aide les gens à moins boire sur le long terme".
Et pour cause : diminuer sa consommation d’alcool pendant un mois aiderait à revoir son rapport à l’alcool et à mieux le gérer les mois suivants. "Ce qui est génial avec Dry January, c’est qu’il ne s’agit pas uniquement du mois de janvier. Ne pas consommer d’alcool pendant 31 jours nous montre que nous n’avons pas besoin d’alcool pour nous amuser, pour nous détendre, pour socialiser. Cela signifie que pour le reste de l'année, nous sommes en mesure de prendre de meilleures décisions concernant notre consommation d'alcool et d'éviter de sombrer plus que ce que nous désirons vraiment", détaille le docteur de Visser.

Economies d’argent, sommeil et perte de poids

Et si les bénéfices sur la santé d’une consommation moindre d’alcool ne sont plus à prouver, les chercheurs se sont rendu compte que le défi Dry January comportait des avantages à différents niveaux.

Ainsi :

  • 93% des participant·e·s ressentent un sentiment positif d’accomplissement grâce à l’objectif atteint ;
  • 88% ont économisé de l’argent ;
  • 82% ont réfléchi plus profondément à leur rapport à l’alcool et 80% ont eu la sensation de mieux contrôler leur consommation d’alcool
  • 76% ont déclaré avoir réalisé quand et pourquoi ils ou elles buvaient ;
  • 71% ont réalisé qu’ils ou elles n’avaient pas besoin de boire pour s’amuser ;
  • 71% ont bénéficié d’un meilleur sommeil ;
  • 70% ont remarqué que leur santé s’était globalement améliorée ;
  • 67% avaient plus d’énergie ;
  • 58% ont perdu du poids ;
  • 57% faisaient preuve d’une meilleure concentration
  • 54% avaient une plus belle peau.

Et si votre volonté n’est pas de fer et que vous craquez pour un verre pendant le mois de janvier, rien n’est pour autant perdu : selon le docteur de Visser, "des changements dans la consommation d’alcool ont également été observés chez les participants qui n’ont pas réussi à ne pas boire d’alcool pendant tout le mois - bien qu’ils soient un peu plus petits".

 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : How "Dry January" is the secret to better sleep, saving money and losing weight, Communiqué de l'université du Sussex, 28 décembre 2018