Drogues : des comportements antisociaux à l'adolescence à prendre au sérieux !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 16 Avril 2003 : 02h00
Les adolescents qui ont des comportements antisociaux (qu'il s'agisse de sévices sur des personnes ou des animaux, de destruction de biens, de vols, de fugues…) sont les plus à risque vis-à-vis de la consommation de drogues, licites ou illicites, à cet âge, mais aussi au cours de leur future vie d'adulte.
PUB

En réalisant une revue de la littérature, les auteurs montrent que les comportements antisociaux sont fortement prédictifs d'une consommation abusive d'alcool. Agressivité, comportements impulsifs et irréfléchis doivent attirer l'attention car ils sont à la fois des traits communs aux adolescents commettant des incivilités et à ceux qui ont (ou auront) une relation problématique avec l'alcool.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer cette association : des facteurs environnementaux et génétiques, mais aussi des facteurs anatomiques ou biochimiques. Ainsi, au cours du développement, l'aptitude à contrôler ses émotions s'affirme en même temps que se développe le cortex frontal ; et l'imagerie cérébrale est actuellement en mesure de montrer que des comportements antisociaux peuvent être associés à des anomalies de cette région du cerveau. Des facteurs biochimiques pourraient également intervenir, notamment la dopamine, un important neuromédiateur impliqué dans diverses pathologies psychiatriques ou neurologiques ; le système dopaminergique pourrait en effet être le support d'une différence entre individus dans la perception qu'ils ont du plaisir lié à la consommation d'alcool et donc de l'envie ou non de poursuivre cette consommation.

Tous ces facteurs sont vraisemblablement imbriqués les uns avec les autres et leur étude pourrait permettre de mieux comprendre les liens existants entre comportements antisociaux et relation problématique avec l'alcool.

Quoiqu'il en soit, cette association n'est pas une fatalité : c'est ce que montrent des approches comportementales initiées très tôt (dès l'école élémentaire) visant à aider les enfants à résoudre de manière optimale des situations susceptibles de générer des réactions agressives de leur part. Ces traitements préventifs peuvent permettre de retarder l'âge de la première expérimentation de l'alcool ou du cannabis. Certains médicaments peuvent également être utiles, notamment la ritaline, proposée aux enfants hyperactifs.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 16 Avril 2003 : 02h00
Source : Clark D.B. et coll., Childhood antisocial behavior and adolescent alcohol use disorders. Alcohol Research & Health, 26 : 109-115, 2002.
PUB
PUB
A lire aussi
Qu'est-ce qu'une personnalité antisociale ?Publié le 07/01/2008 - 00h00

Il s'agit d'une forme de personnalité pathologique, classée comme telle par le DSM 4, classification américaine des troubles psychiques, reconnue sur le plan international. Il s'agit donc d'un trouble de la personnalité et non de caractéristiques banales de certaines personnes.

Parler plus tard : ce n'est pas très grave…Publié le 13/07/2011 - 07h17

Les retards de langage sont fréquents, et souvent inquiétants. Mais une étude vient de montrer que s'ils ne sont pas associés à d'autres symptômes, ils n'entraînent pas de conséquences quand l'enfant grandit.

Alcool : repérer les ados à risquePublié le 08/10/2003 - 00h00

Trouver des éléments permettant d'identifier les adolescents à risque de consommation abusive d'alcool est un objectif pour de nombreux chercheurs ou spécialistes de santé publique qui trouveraient ainsi le moyen de cibler des actions préventives. Si les données actuelles ne sont pas...

Plus d'articles