Un docteur nommé cheval

Le cheval est notre complice lors de nombreux loisirs et activités sportives. Outre ses qualités physiques et esthétiques, qui font de lui un animal passionnant, il est aussi capable, encadré par une équipe de thérapeutes, d'apporter un bien-être physique et psychologique à des personnes handicapées.

PUB

Les apports de l'hippothérapie

Marcher à côté d'un cheval ou se déplacer sur son dos permet de développer un grand nombre de capacités psychomotrices telles que le tonus musculaire, la coordination des mouvements, la représentation dans l'espace et dans le temps, l'équilibre et un certain sens du rythme. Les activités avec les chevaux demandent un contact physique permanent avec l'animal. C'est ainsi que, lors du pansage, on découvre le corps du cheval, et - parallèlement - on prend conscience de son propre corps. S'occuper d'un cheval, comme de tout autre animal, demande une responsabilisation. En effet, son bien-être dépend des soins (nourriture, pansage) et du respect qu'on lui accorde. De surcroît, parvenir à établir un dialogue avec un animal tel que le cheval, impressionnant par sa force, sa beauté, son allure, procure un sentiment de valorisation et permet d'accroître la confiance que l'on a en soi-même. Enfin, le fait de fréquenter un manège et de côtoyer des chevaux et des cavaliers permet de s'ouvrir à un univers différent et d'établir des contacts avec autrui.

PUB
PUB

Un allié précieux

Toutes ces caractéristiques propres au cheval en font un allié précieux des thérapeutes, notamment pour aider les personnes atteintes de troubles de l'apprentissage et/ou du comportement (autistes, psychotiques, trisomiques, dyslexiques), d'un handicap moteur (myopathies, hyperkinésie, paraplégie, hémiplégie et quadriplégie), de surdité et de cécité. Enfin, face à un cheval, il n'est pas possible de s'exprimer par la force et la violence : le message ne passera pas, et l'équidé sera toujours gagnant car doté d'une force physique supérieure à celle de l'homme. Le cheval est donc particulièrement adapté pour apprendre la communication par le respect dans le cadre de la réinsertion de personnes délinquantes.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Lundi 04 Avril 2005 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 13 Avril 2011 : 15h39