DMLA et maladies de la macula : pensez à montrer vos yeux

© Istock

Du 27 juin au 1er juillet ont lieu les premières journées nationales de la macula. Si vous avez plus de 50 ans, avant de boucler vos valises et de partir en vacances, pensez à aller voir un ophtalmologue surtout si vous n’y êtes pas allé depuis longtemps. Objectif : dépister d’éventuelles atteintes de la macula souvent silencieuses au début, dont la dégénérescence maculaire (ou DMLA). Petit tour d’horizon.

Publicité

DMLA et maladies de la macula : la macula, c’est quoi ?

La macula est une très petite zone au centre de la rétine mais essentielle puisqu’elle transmet 90% des informations visuelles au cerveau. C’est grâce à elle que l‘on peut voir les détails, lire, coudre, reconnaître des visages, conduire, fixer le regard... La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est la maladie la plus connue mais il y en a d’autres !

« Il y a dix ans, seuls 3% des 55-70 ans connaissaient le mot DMLA contre 80% aujourd’hui, souligne le Pr Eric Souied, chef du service d’ophtalmologie à l’hôpital intercommunal de Créteil, en région parisienne. C’est pourquoi il nous parait pertinent maintenant de viser aussi d’autres pathologies de la macula d’autant que le dépistage se fait par le même examen du fond d'œil ».

Publicité
Publicité

La DMLA reste la maladie la plus fréquente : symptômes et facteurs de risques

Avec un million de personnes touchées en France, la dégénérescence maculaire est la plus fréquente des maladies de la macula. Elle apparaît le plus souvent après 50 ans. Les symptômes peuvent survenir brutalement et toucher un œil ou les deux. Une baisse rapide de l’acuité visuelle, l’apparition d’une tâche sombre au centre de la vision et de lignes droites déformées ou gondolées imposent de consulter en urgence.

Parmi les facteurs de risque, la génétique, l’âge, le sexe (elle atteint plus les femmes), le tabagisme, une alimentation déséquilibrée. Des études montrent que des repas riches en légumes verts, fruits frais et poissons gras protègeraient de la maladie. Mais la prévention la plus efficace reste le dépistage : dès 55 ans, il faut faire contrôler sa vue chaque année.

On ne guérit pas une DMLA mais des traitements permettent de ralentir l’évolution de la forme dite « humide », plus répandue et plus grave que la forme dite « sèche ». Une nouvelle molécule est attendue en 2017. La DMLA est la première cause de malvoyance chez les personnes âgées.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Jeudi 23 Juin 2016 : 17h50
Mis à jour le Mardi 28 Juin 2016 : 15h23
Source :
D’après un entretien avec le Pr Olivier Souied, chef du service d’ophtalmologie à l’hôpital intercommunal de Créteil et président de la Fédération France Macula.
Site de l’association DMLA adapté aux personnes malvoyantes : www.association-dmla.com
Tél. : 0 800 880 660 (gratuit depuis un fixe)