Dépression : la méditation en pleine conscience comme alternative aux antidépresseurs

Pourrait-on se passer d’antidépresseurs ? C’est ce que suggère une étude britannique qui indique que la méditation en pleine conscience est aussi efficace que les médicaments pour prévenir les rechutes.

Contre la dépression, la méditation en pleine conscience est aussi efficace que les antidépresseurs

La dépression est une « vraie » maladie qui nécessite une prise en charge. Elle repose essentiellement sur les antidépresseurs, mais ces médicaments ont l’inconvénient d’entraîner des effets secondaires chez certaines personnes (dépendance, somnolence, diarrhées, vertiges, tremblements…), d’où le développement des thérapies. Des chercheurs britanniques se sont intéressés à la thérapie cognitive dénommée Mindfulness ou méditation en pleine conscience. Cette approche consiste à focaliser son esprit, ses pensées et ses sensations sur l'instant présent afin de comprendre la nature de son mental à un moment donné au lieu de lutter contre lui.

Son efficacité a été comparée à celle des antidépresseurs chez plus de 400 patients atteints de dépression (ayant déjà souffert d’au moins trois épisodes de dépression). Deux ans plus tard, les deux méthodes se sont révélées aussi positives l’une que l’autre pour éviter ou retarder les rechutes de la dépression.

La méditation en pleine conscience se positionne comme une alternative aux antidépresseurs

Sachant qu’il existe en France près de 3 millions de personnes atteintes de dépression, que le taux de rechute est très important et que tous ne répondent pas aux antidépresseurs ou avec des effets indésirables contraignants, la méditation en pleine conscience offre une alternative très intéressante.

Pour en savoir plus sur e-sante à propos de la méditation en pleine conscience :

La méditation en pleine conscience

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Kuyken W. et coll., The Lancet, Published Online: 20 April 2015, http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2814%2962222-4/abstract.