La dépression estivale, ça existe aussi !

Vous pensez peut-être que la dépression hivernale, due au manque de lumière et au froid est une maladie très répandue, dont beaucoup sont atteints, même a minima. La plupart d'entre nous se trouve moins dynamique, moins joyeux, plus renfermé avec moins d'envies de sortir en hiver. Pourtant, surprise, la dépression estivale existe aussi !
Publicité

On déprime aussi durant l'été

D'après le Dr Norman Rosenthal (auteur de "Soif de lumière" aux éditions Jouvence), si la dépression hivernale est très étudiée, elle n'est pas le lot de chacun d'entre nous.

Une personne sur 20 commence à être déprimée à l'arrivée de l'été.

Elle retrouve son énergie au début de l'automne ! Il s'agit surtout de personnes vivant dans des zones très ensoleillées, plutôt que dans le Nord de l'Europe ou des États-Unis.

Publicité
Publicité

Les troubles de la dépression estivale sont différents de la dépression hivernale.

Les personnes qui sont atteintes de dépression estivale ont tendance à manger moins et à perdre du poids.

Dans la dépression hivernale, on a au contraire tendance à manger plus et à prendre du poids.

Dans une dépression estivale, la personne a tendance à être agitée, au contraire de la dépression saisonnière où l'on se sent plutôt amorphe. Les idées suicidaires sont plus fréquentes lors des dépressions de l'été que dans les dépressions hivernales. Les jours où l'état dépressif est le plus fort sont pour l'été les journées torrides et l'hiver les journées très sombres, les moins ensoleillées.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Avril 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 27 Mai 2016 : 10h42