Dépression : au-delà du tabou, il faut traiter !

Nous pouvons tous être frappés par la dépression. Or cette maladie reste rarement diagnostiquée et mal comprise par l'entourage. Les conséquences sont dramatiques, exclusion sociale et professionnelle, handicap majeur, et trop souvent, suicide. Pourtant, on sait traiter ces troubles…
Publicité

Quels que soient l'âge, les origines, la catégorie socioprofessionnelle, nous pouvons tous souffrir, à un moment ou à un autre de notre vie, de dépression. Cette maladie particulièrement répandue concerne quelque 121 millions de personnes dans le monde. Elle représente la première cause d'invalidité. Moins de 25% des sujets souffrant de dépression, parfois 10% dans certains pays, sont pris en charge efficacement.Pourtant, on sait diagnostiquer et traiter la dépression. Le généraliste peut parfaitement porter le diagnostic. Ensuite, les traitements reposent sur les antidépresseurs et les psychothérapies. Ils sont efficaces chez 60 à 80% des patients. Parmi les principaux freins, citons : le manque de ressources, de soignants et aussi les a priori sociaux, les tabous et autres idées reçues que véhiculent les troubles psychiatriques, dont la dépression.

Publicité
Publicité

Quelle est la définition de la dépression ?

C'est un trouble psychique caractérisé par une humeur déprimée, un manque d'intérêt ou de plaisir, un sentiment de culpabilité ou de dévalorisation, un sommeil ou un appétit perturbés, peu d'énergie et des difficultés de concentration. Ces symptômes, qu'ils soient chroniques ou récurrents, engendrent de grandes difficultés dans la réalisation des actes et des responsabilités de la vie de tous les jours. La dépression peut aussi mener au suicide Si nous pouvons tous être frappés par la dépression, l'enquête « Santé mentale en population générale : images et réalités » réalisée par le Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé (CCOMS) entre 1999 et 2003, a permis d'identifier certaines populations plus à risque.

  • Les femmes sont plus à risque que les hommes de souffrir d'un épisode dépressif (risque multiplié par 1,4).
  • Les personnes veuves, divorcées ou célibataires présentent également davantage de risque.
  • Le fait d'être au chômage double le risque de faire un épisode dépressif, par rapport aux personnes qui travaillent. Mais être inactif (femme au foyer, étudiant) augmente moins le risque d'avoir un trouble de l'humeur.
  • Les troubles dépressifs sont moins souvent repérés chez les plus diplômés.
  • L'association d'un trouble anxieux et d'un épisode dépressif est fréquente.

chroniques ou récurrents, engendrent de grandes difficultés dans la réalisation des actes et des responsabilités de la vie de tous les jours. La dépression peut aussi mener au suicide Si nous pouvons tous être frappés par la dépression, l'enquête « Santé mentale en population générale : images et réalités » réalisée par le Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé (CCOMS) entre 1999 et 2003, a permis d'identifier certaines populations plus à risque.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 03 Octobre 2005 : 02h00
Source : Dossier de presse de France-Dépression, 2e journée européenne de la dépression, septembre 2005.