Croquez des pommes à pleines dents !

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le Lundi 16 Octobre 2006 : 02h00
L'automne annonce le grand retour des pommes. C'est évident, ce fruit possède de nombreux atouts nutritionnels et le vieil adage qui dit qu'une pomme par jour éloigne le médecin reçoit régulièrement de nouvelles confirmations, à condition d'en consommer aussi la peau...
PUB

Ne lui faites pas la peau !

Fruit « coupe-faim » par excellence, la pomme regorge de vertus nutritionnelles. Peu calorique, légèrement sucrée, elle exerce une action diurétique et favorise ainsi l'élimination urinaire des déchets. Les fibres de la pomme, les pectines, ne sont pas seulement utiles à la fabrication des confitures ! En fait, ces fibres sont très utiles au bon fonctionnement de la flore intestinale. Grâce à cette propriété, elles ont un effet régulateur sur le transit : elles sont aussi efficaces pour soulager la paresse intestinale que la tendance à la diarrhée.

Au rayon vitamines, la pomme propose une composition très diversifiée : des vitamines du groupe B, un peu de bêta-carotène ou provitamine A et une teneur modeste en vitamine C.

Mais avant de lui ôter la peau, sachez ceci : la peau concentre davantage de vitamine C que la pulpe (4 à 6 fois plus). Cependant, étant donné que le poids relatif est faible, elle ne représente qu'une fraction limitée (environ 25%) de l'apport global en vitamine C de la pomme.

Là ne s'arrête pas l'intérêt de manger la peau des pommes. En effet, celle-ci renferme également un autre antioxydant, très puissant celui-là, la quercétine. Et particularité des pommes rouges, principalement, elles ont à la portion l'un des taux les plus élevés de quercétine en comparaison à d'autres fruits et légumes. Les produits dérivés (jus de pomme, compotes, etc.), en revanche, sont surtout fabriqués à partir de la chair, et pas de la peau et contiennent donc peu de quercétine

PUB
PUB

Un fruit résistant

Certes, la pomme noircit rapidement dès qu'elle reçoit un coup ou dès qu'on l'oublie à moitié croquée à l'air libre. Cette réaction enzymatique de brunissement est tout à fait normale et absolument sans danger. Mais globalement, en comparaison à d'autres fruits, la pomme se conserve très bien. Le stockage n'entraîne pas une baisse importante du taux de vitamine C et la cuisson ne provoque qu'une destruction vitaminique partielle, de l'ordre de 25 à 30% pour une cuisson de la pomme au four. On est loin des taux de dégradation de vitamines des fragiles fruits rouges !

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le Lundi 16 Octobre 2006 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
La pomme... Que du bonheur !Publié le 10/04/2007 - 00h00

La pomme que nous consommons aujourd'hui est une descendante de l'espèce Malus sierversii qui faisait déjà le délice des hommes du néolithique sur les plateaux d'Asie Centrale. C'est par la route de la soie qu'elle arriva chez les Hébreux, les Grecs et les Romains. À cette époque, on...

Pomme : un aliment médicament… plein de pesticides ? Publié le 06/02/2017 - 16h13

« Une pomme par jour éloigne le médecin ». Ce vieux diction a été vérifié par un grand nombre d’études scientifiques. Elles ont démontré les nombreux effets bénéfiques des pommes qui agissent comme un médicament. Mais elles sont aussi pleines de ces poisons que sont les pesticides....

PommePublié le 22/06/2001 - 00h00

La pomme, parée de nombreuses vertus, est le fruit le plus consommé. Le pommier est l'arbre fruitier le plus cultivé. On récolte environ 64 millions de tonnes de pommes dans le monde.

Plus d'articles