Couperose : le rouge est mis
Publié le 19 Novembre 2001 à 1h00 par Dr Renaud Guichard, chirurgien
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Un problème vasculaire bénin

Sous la surface de la peau courent de multiples petits vaisseaux extrêmement ramifiés, qui ne sont visibles que dans certaines circonstances, c'est-à-dire quand ils sont dilatés. Cette vasodilatation se produit essentiellement lors d'un changement rapide de température extérieure (du froid au chaud), mais également lors d'un stress, d'une émotion, ou d'une ingestion d'alcool. En fait, les personnes atteintes souffrent d'un défaut du système de refroidissement cutané. Les gens à la peau et aux yeux clairs sont plus exposés. Seuls les vaisseaux des surfaces convexes, c'est-à-dire les plus exposées aux changements de température, rougissent. C'est ainsi que la couperose se manifeste essentiellement sur les joues, le nez, le menton, mais jamais autour de la bouche.

Comment la reconnaître ?

Il existe quatre stades de couperose, que la plupart des gens connaissent bien sans le savoir. Le premier stade, est celui de la couperose proprement dite et des joues qui rougissent trop facilement aux changements de température. Le deuxième est le stade de l'érythro-couperose, terme savant qui littéralement signifie « couperose rouge », ce qui n'avance pas beaucoup. En fait, il s'agit d'une couperose permanente. le troisième stade est appelé acné rosacée. Ce terme est impropre puisqu'il ne s'agit pas d'acné, mais de boutons et papules de couperose, que l'on voit essentiellement chez les femmes. Au stade quatre, certaines zones du visage comme le nez sont rouges et gonflées de façon permanente. C'est le fameux rhinophyma ou « trogne du buveur ».

Comment la traiter

D'abord, faut-il la traiter? Il ne s'agit pas d'une maladie grave, mais son retentissement esthétique ou psychologique peut être important. Sans parler véritablement de traitement, quelques trucs sont connus, comme éviter l'exposition au soleil, sucer un glaçon en cas de rougeur ou se maquiller avec une base verte. Les traitements eux-mêmes peuvent être généraux ou locaux. La vitamine A acide (acide rétinoïque) est efficace en traitement local ou général, mais elle peut être irritante en traitement local, et, dans les deux cas, peut provoquer des malformations en cas de grossesse. Une contraception efficace doit donc être envisagée. En traitement général, on peut également utiliser les antibiotiques (mais il ne faut pas être enceinte et éviter l'exposition au soleil), et la clonidine, qui est habituellement un anti-hypertenseur et doit donc être utilisé avec une grande prudence. Localement sont proposées des solutions de sclérose des vaisseaux en question, soit par électrocoagulation, soit, de façon plus moderne, par des séances de laser, dont la longueur d'onde correspond au rouge de la peau, ce qui provoque une interaction énergétique et une sclérose des vaisseaux.