Coqueluche : vacciner l'adulte pour protéger le nourrisson

La très grande majorité des nourrissons atteints de la coqueluche nécessitent une hospitalisation, témoignant de la sévérité de l'infection à cet âge. Or les très jeunes qui font des formes graves de la maladie sont contaminés par des adolescents ou des adultes. Ainsi, la meilleure façon de les protéger est de vacciner les adultes et de vérifier la mise à jour de la vaccination chez les enfants et adolescents du foyer.
PUB

Durant l'année 2002, 81 cas de coqueluche pédiatrique ont été documentés : 78 cas sont survenus chez des nourrissons de moins d'un an, parmi lesquels 39 avant l'âge de trois mois. Au sein de cette dernière population, 97% ont nécessité une hospitalisation. Aujourd'hui, il est bien établi que les très jeunes nourrissons qui font des formes graves sont contaminés par les adolescents et les jeunes adultes. Par ailleurs, des cas de coqueluche ont été retrouvés dans l'entourage de près de la moitié de ces petits patients (49%), principalement au sein de leur famille : un des parents dans 43% des cas ou un autre membre dans 25% des cas.

PUB
PUB

Afin d'assurer une protection indirecte des jeunes nourrissons non encore protégés par la vaccination, de nouvelles modifications ont été introduites dans la dernière mise à jour du calendrier vaccinal. Celles-ci visent à mieux contrôler le réservoir infectieux,en recommandant un rappel vaccinal contre la coqueluche chez les adultes et les enfants non à jour.

En pratique

Outre certains professionnels de santé, la vaccination contre la coqueluche est maintenant recommandée pour les adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Elle est également recommandée à l'occasion d'une grossesse pour tous les membres du foyer : les enfants non à jour pour cette vaccination et les adultes n'ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des dix dernières années (le père et la fratrie, la mère pendant la grossesse ou le plus tôt possible après l'accouchement).

En attendant la mise sur le marché d'un vaccin monovalent contre la coqueluche, le seul vaccin disponible est le Repevax, un vaccin quadrivalent diphtérie-tétanos-polio-coqueluche. Même s'il est quadrivalent, son administration est recommandée à l'occasion d'un rappel décennal. Une seule injection est requise chez l'adulte, quel que soit le délai entre ces vaccinations.

Publié le 18 Avril 2005
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°28-29, 29 juin 2004 ; Le Quotidien du médecin, mars 2005.
PUB