Comment choisir sa complémentaire santé ?

Depuis la réforme du médecin traitant, nous mettons davantage la main à notre poche. Alors un conseil, choisissez bien votre complémentairesanté !

PUB

Comment s'y prendre pour bien choisir sa complémentaire santé ?

Hervé Réquillard* : Par exemple, vous êtes une famille dont les parents ont des problèmes dentaires depuis longtemps, soit une fragilité dans ce domaine. Il convient de privilégier une complémentairesanté généreuse sur le plan dentaire. Mais ce n'est pas facile à trouver, car faire son étude de marché auprès des complémentaires santé n'est pas très évident, les informations n'étant pas toujours très claires. Lorsqu'on reçoit une offre de complémentaire santé, les taux de remboursement sont souvent en pourcentage par rapport aux tarifspratiqués par la Sécurité sociale. Sauf que vous ne connaissez pas forcément par cœur les tarifsde la Sécu, lesquels sont eux-mêmes très compliqués. Il faut donc chercher à se procurer ces informations avant de choisir sa complémentaire santé.

On peut tout simplement aller sur le site de la Sécurité sociale (www.ameli.fr) qui affiche le coût des actes les plus couramment effectués. Je conseille donc de se procurer les tarifsde la complémentaire santé et ensuite, avec une calculette, de voir ce que représente par exemple 300% du tarif de la Sécurité sociale. On a ainsi une idée précise des niveaux de remboursement que l'on pourra ensuite comparer avec les prix pratiqués par les professionnels de santé. Par exemple, en dentaire, où les tarifs sur les prothèses sont libres, la même prothèse peut varier de 1 à 5 entre Dunkerque et Ivry-sur-Seine.

PUB
PUB

Parallèlement, il ne faut pas hésiter à demander les prix des consultations, que ce soit chez l'ophtalmologiste, l'opticien, le dentiste ou chez tout autre spécialiste. Beaucoup d'entre eux pratiquent des dépassements tarifaires, notamment ceux qui sont en secteur honoraires libres. Avant d'aller chez un médecin, il est donc conseillé de lui demander les fourchettes de tarifs qu'il pratique sur les actes.

Huit conseils pour bien choisir votre complémentaire santé

1) Avant de signer un contrat de complémentaire santé, ciblez d'abord votre profil de consommateur. Si vous êtes myope, ou avez les dents fragiles, optez pour un contrat généreux en optique ou en dentaire. C'est sur ces deux secteurs que les restes à charge sont les plus variables.

2) Si vous avez des enfants ou comptez en avoir, regardez de près les garanties proposées sur les tarifs de consultation et surtout les dépassements de tarifs : les enfants, durant les cinq premières années, sont très consommateurs en soins de médecins. Pensez également à la couverture en cas de maternité : chambre individuelle à l'hôpital, prime de naissance, etc.

3) Au-delà de 50 ans, la probabilité d'être atteint de pathologies chroniques est plus forte. Mieux vaut, si possible, investir un peu plus dans des contrats généreux. Malgré le dispositif ALD (affections de longue durée), le reste à charge est toujours plus important pour les malades chroniques.

4) Etudiez avec soin les offres les plus alléchantes, du type « remboursement de l'automédication », « prise en charge des substituts nicotiniques »... Il existe comme toujours des clauses écrites en tout petit, et les tarifs sont souvent en conséquence.

5) Méfiez-vous des délais de carence, qui ont souvent cours en assurance individuelle (par exemple neuf mois pour la maternité, trois à six mois pour l'hospitalisation, un an pour les prothèses dentaires non prises en charge par la Sécurité sociale, etc.).

6) Comparez les offres de plusieurs assureurs, en choisissant mutuelles et compagnies d'assurance. Confrontez les différentes prestations proposées, en n'oubliant pas de prendre en compte les tarifs.

7) Si vous comptez changer d'emploi, abordez la question de la complémentairesanté. Cela fait partie des avantages à prendre en compte avant d'arrêter sa décision.

8) Si vous partez à la retraite et avez le bénéfice d'un contrat collectif obligatoire, songez que c'est à vous, dans un délai de six mois maximum, d'indiquer à l'assureur que vous souhaitez conserver votre contrat chez lui. Attention, la prime peut monter de 50% !

* Hervé Réquillart est journaliste et auteur du livre « Santé ? Trop chère pour vous ! » aux éditions Jacob-Duvernet.

Publié le 04 Septembre 2006 | Mis à jour le 30 Mars 2012
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Hervé Réquillart , « Santé ? Trop chère pour vous ! » aux éditions Jacob-Duvernet.