Comment bien digérer avec les huiles essentielles

Les huiles essentielles en cas d’indigestion et de gastro-entérite

Contre l’indigestion :

Huile essentielle de menthe poivrée : très utile pour les indigestions, l’huile essentielle de menthe poivrée est efficace pour lutter contre les spasmes intestinaux, les ballonnements, les colites et les difficultés à digérer. La menthe poivrée lutte contre les spasmes et stimule les sécrétions biliaires et digestives. On peut l’utiliser soit sous forme de tisane avec une pincée de feuilles sèches dans de l’eau bouillante ou en voie interne sous forme de capsule de 200mg, à prendre deux fois par jour pendant la période d'intoxication.

PUB
PUB

Attention : Le clou de girofle est un anti infectieux assez puissant, il est déconseillé pour les femmes enceintes. Par précautions, ne pas en donner aux enfants sans avis médical.

En cas de gastro-entérite :

  • L'huile essentielle de clou de girofle : En cas de gastro-entérite, le clou de girofle est très efficace. On peut l’utiliser en externe en massant au niveau du ventre et des pieds. Pour une utilisation sous les pieds, bien diluer avec de l’huile végétale. Sur le ventre c’est pareil : mélanger 5 gouttes dans la moitié d’une cuillère à café d’huile végétale et masser. On peut masser 2 à 3 fois par jour. Ne pas utiliser plus d’une semaine d’affilée. En cas de nausées, ne pas hésiter à respirer en plus de la menthe poivrée.
  • Huile essentielle de Ravintsara : avec ses vertus antivirales, l’huile essentielle de Ravintsara est idéale en cas de gastro-entérite. On peut l’utiliser en voie externe avec des massages sur le ventre, et éventuellement en voie interne. Pour la voie interne : pas plus de 9 gouttes par jour diluées dans de l’huile végétale.

Attention : Anne-Laure Jaffrelo fait un rappel : "La voie interne pour les huiles essentielles n’est pas recommandée avant l’âge de 10 ans, et à éviter également pour les femmes enceintes et les personnes allergiques aux huiles essentielles. Ce n’est pas non plus pour les personnes qui prennent un traitement allopathique chronique."

Publié le 28 Décembre 2018
Auteur(s) : Mathilde Polivka, journaliste santé
Validé par : Anne-Laure Jaffrelo, Naturopathe