La césarienne, une intervention de plus en plus fréquente
Sommaire

Comme se déroule une césarienne ?

Elle a lieu au bloc opératoire. Le chirurgien incise la peau, puis les plans musculaires et enfin l'utérus, avant d'extraire l'enfant. Aujourd'hui, on pratique le plus souvent une incision horizontale, sur 8 à 9 cm au niveau du triangle du pubis. Ainsi, la cicatrice devient invisible en quelques mois, cachée par la pilosité.Dans de nombreux cas, la césarienne se fait sous anesthésie péridurale, aujourd'hui préférée à l'anesthésie générale, car les suites opératoires sont plus simples et elle permet surtout à la maman d'accueillir son bébé. L'anesthésie péridurale permet d'anesthésier la partie inférieure du corps, à partir du nombril. Elle s'obtient en injectant des produits anesthésiques autour de la dure mère, une des méninges qui entourent la moelle épinière. La ponction se fait dans le bas du dos, après anesthésie locale de la peau. L'anesthésiste met le plus souvent en place un tuyau très fin, ou cathéter, dans l'espace péridural, afin de réinjecter des anesthésiques si l'intervention se prolonge. L'anesthésie péridurale est une technique indolore et sûre. La complication la plus fréquente (moins de 5% des cas) est la survenue de maux de tête pendant quelques jours.

Les suites de l'intervention sont généralement simples

Il arrive que les suites immédiates de la césarienne soient douloureuses au niveau de la cicatrice cutanée pendant les premiers jours et lors de la reprise du transit intestinal vers le 2ème ou 3ème jour. Heureusement, nous disposons aujourd'hui de médicaments antalgiques efficaces qui permettent de passer ce cap sans difficulté. Bien souvent, la jeune maman n'est pas à l'aise en position assise et ses premiers pas dans la chambre sont difficiles le lendemain de l'intervention. Il est pourtant très important de se lever rapidement pour stimuler la circulation sanguine et éviter les complications tels que les phlébites ou les thromboses. D'ailleurs, en cas de facteur prédisposant ou d'antécédents, le médecin peut prescrire des anticoagulants, par injections sous-cutanées, dans les jours qui suivent la césarienne. Dans tous les cas, il est important de bien mobiliser les jambes dans le lit.

La durée de l'hospitalisation est d'environ une semaine, les agrafes ou fils étant retirés cinq à sept jours après l'intervention.

Il est parfaitement possible d'allaiter son enfant après une césarienne, en sachant toutefois que la montée de lait peut parfois être retardée, notamment si la maman est particulièrement fatiguée. On estime d'ailleurs que la césarienne peut entraîner une fatigue pendant environ un mois après la naissance. Il peut arriver que certaines jeunes accouchées se plaignent de contractions douloureuses, survenant notamment au moment de l'allaitement. Il s'agit d'un phénomène physiologique qui correspond aux contractions de l'utérus qui se rétracte pour revenir progressivement à sa taille d'avant la grossesse. Les contractions sont provoquées par une hormone de l'hypophyse, appelée ocytocine, également sécrétée lors de l'allaitement.

Après une césarienne, la mère doit veiller à avoir une alimentation particulièrement saine et équilibrée, riche en protéines, en fruits et légumes et en glucides lents, pour permettre à son organisme de se remettre rapidement. Des suppléments en fer, calcium et magnésium sont parfois conseillés. Il ne faut pas oublier non plus une remise en forme, qui doit être toutefois douce et prudente en raison de la faiblesse temporaire des muscles de l'abdomen.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :