Césarienne de convenance : mieux vaut attendre 39 semaines

L'accouchement par césarienne est de plus en plus fréquent. Pour des raisons médicales, mais aussi souvent pour convenance des parents ou des médecins. Il est donc important de disposer de suffisamment d'informations relatives aux risques de ce type d'intervention. Il semblerait justement que les risques de complications soient plus élevés en cas de césarienne programmée à 37 et 38 semaines de grossesse plutôt qu'à 39 semaines.
Publicité

Rappel sur le nombre de semaines de grossesse

On parle classiquement de 9 mois degrossesse. Mais qu'en est-il si l'on parle en semaines de grossesseou semaines d'aménorrhée ?

9 mois multipliés par 4 semaines égalent 36 semaines. Il faut ensuite ajouter 2 semaines, correspondant à l'intervalle entre le 1er jour des dernières règles et la date de la fécondation (14 jours).

Publicité
Publicité

Enfin, comme chaque mois comprend un peu plus de 28 jours (2 ou 3 jours de plus), on ajoute 3 semaines.

Ce qui fait au total41 semaines d'aménorrhée.

Autrement dit, pour connaîtrela date d'accouchement, il faut ajouter 41 semaines au 1er jour des dernières règles. Ce calcul est utilisé par les médecins.

Le taux de césariennes a doublé en 20 ans

Le taux de césariennes a doublé en 20 ans, avec 20% des naissances en 2007, contre 11% en 1981.

La césarienne, intervention chirurgicale qui consiste à extraire le fœtus par une incision de l'abdomen et de l'utérus, est de plus en plus pratiquée.

Selon la Fédération Hospitalière de France, malgré des risques pour les mères et leurs nouveau-nés, nombre de ces interventions ne sont pas justifiées mais utilisées comme un facteur de l'organisation des naissances avec de grandes disparités selon les établissements (privés vs publics notamment).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 16 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 07 Mai 2012 : 10h00
Source : Fédération hospitalière de France, étude sur les césariennes, décembre 2008 ; (1) Egora.fr, 8 décembre 2008 ; Tita et coll., N. Engl. J. Med., 360 : 111-20, 2009.