Cancer du sein : vers une hormonothérapie personnalisée ?

© Istock

L'efficacité de l'hormonothérapie adjuvante, qui vise à réduire le risque de récidive de cancer du sein, pourrait dépendre de caractéristiques génétiques.

PUB

Cancer du sein : personnaliser les traitements contre le risque de récidive

Le tamoxifène et le raloxifène, deux modulateurs sélectifs des récepteurs des œstrogènes (MSRE), sont prescrits en traitement adjuvant des cancers du sein hormono-dépendants afin de prévenir le risque de récidive dans le même sein ou encore le développement d'une tumeur dans l'autre sein. Selon les travaux conduits par le Dr James Ingle de la Mayo Clinic de Rochester (États-Unis), l'efficacité de ces deux molécules d'hormonothérapie pourrait varier d'une patiente à l'autre en fonction de la présence de deux mutations génétiques. En les recherchant, il serait possible d'évaluer de façon plus précise le risque de récidive de chaque patiente afin de personnaliser la prise en charge.

PUB
PUB

Quand les caractéristiques génétiques guident les traitements

Pour mieux comprendre les variations d'efficacité observées de ces deux médicaments anti-œstrogènes (appelés ainsi car ils bloquent l'action des hormones estrogéniques qui favorisent la prolifération des cellules cancéreuses), les chercheurs américains ont effectué des analyses génétiques sur plus de 1 800 femmes traitées par MSRE, certaines ayant récidivé et d'autres non. Ils ont détecté deux mutations génétiques qui semblent associées à une variation du risque de récidive. Alors que la présence d'une mutation sur un premier gène CTSO se traduit par un risque accru de récidive de 40 %, une seconde mutation sur un autre gène ZNF423 entraîne une baisse du risque de récidive de 30 %. Ainsi, en fonction des éventuelles mutations décelées sur ces deux gènes, le risque de récidive peut varier d'un facteur 1 à 6 entre deux patientes.

La connaissance de leurs caractéristiques génétiques pourrait ainsi guider la prise en charge des patientes sous traitement préventif par anti-estrogènes, en adaptant le traitement en fonction du risque estimé de récidive.

Publié par La Fondation ARC le Vendredi 12 Juillet 2013 : 14h06
Mis à jour le Jeudi 01 Août 2013 : 13h52
Source : Fondation ARC pour la recherche sur le cancer - J.N. Ingle et al. Selective estrogen receptor modulators and pharmacogenomic variation in ZNF423 regulation of BRCA1 expression : individualized breast cancer prevention. Cancer Discovery. En ligne le 13 juin 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés