Cancer du rein : comment le dépister ? Comment le prévenir ?

Le cancer du rein est un cancer rare, il représente 2 à 3 % des cancers. Il touche davantage les hommes que les femmes après l'âge de 50 ans. La tumeur est le plus souvent diagnostiquée fortuitement car il ne s'accompagne pas de symptômes cliniques évidents. Le signe le plus courant permettant de suspecter un cancer du rein est la présence de sang dans les urines.

Publicité

Le diagnostic du cancer du rein est souvent tardif

Le cancer du rein peut être longtemps asymptomatique. C'est-à-dire qu'il évolue silencieusement sans manifester de signe particulier. Le diagnostic est donc souvent tardif et réalisé fortuitement à l'occasion d'une échographie abdominale, d'une radiographie ou d'un scanner, motivé pour une autre raison.

Le cancer du rein est rarement diagnostiqué avant l'âge de 50 ans.

Sinon, le signe d'alerte le plus courant est la présence de sang dans les urines. Moins souvent, il peut se révéler par une douleur au niveau de la région lombaire. Une fièvre isolée ou associée à une perte de poids peut également être un signe révélateur d’un cancer du rein.

Publicité
Publicité

Contre le cancer du rein : traitement chirurgical et anti-angiogéniques

Le traitement du cancer du rein est avant tout chirurgical et consiste en une ablation du rein élargie et peut être complété par un curage ganglionnaire. Le pronostic est favorable lorsque la tumeur rénale est localisée, de petite taille et sans métastase.

Il faut savoir que le cancer du rein est peu sensible à la chimiothérapie et à la radiothérapie, mais en revanche, l'immunothérapie peut être indiquée.

En cas de récidive (risque fréquent avec le cancer du rein), on peut obtenir une stabilisation de longue durée de la tumeur grâce à des médicaments récents dits anti-angiogéniques. Ils ont la propriété d'empêcher la croissance des vaisseaux artériels qui alimentent la tumeur. Ainsi « asphyxiée », la tumeur ne peut plus se développer. Le maniement de ces médicaments nécessite un bon savoir-faire et un entraînement des équipes médicales.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 25 Juin 2007 : 02h00
Mis à jour le Lundi 26 Mars 2012 : 13h07