" Bougez autrement. La meilleure énergie, c'est la vôtre ... "

Publié le 14 Septembre 2005 à 2h00 par Dr Philippe Presles
e-sante.fr consacre régulièrement sa Une aux problématiques liées à la pollution atmosphérique, à ses répercussions sur la santé et aux opérations de prévention mises en place pour lutter contre ce fléau. A l'occasion de la Semaine européenne de la mobilité, du 16 au 22 septembre 2005, le Ministère de l'Ecologie et du Développement durable souhaite promouvoir des déplacements plus respectueux de l'environnement. e-santé a rencontré Nelly Olin, le Ministre de l'écologie et du développement durable.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

"La pollution atmosphérique tue", tel s'intitulait un article d'e-santé qui citait des chiffres officiels de l'Institut de Veille Sanitaire : "Réduire de moitié la pollution éviterait 1.800 morts prématurées chaque année dans neuf grandes villes. Près de 40% des décès sont dus à des troubles cardiovasculaires et 11% à des troubles respiratoires. Les répercussions en termes de santé sont encore plus importantes chez les moins de 15 ans".Questions à Nelly Olin.

e-sante : En quoi consiste la Semaine européenne de la mobilité ?

Nelly Olin : L'objectif de la Semaine européenne de la mobilité, du 16 au 22 septembre 2005, est d'informer le public sur les problématiques de déplacements et de l'inciter à modifier ses comportements en faveur de modes de transport alternatifs à l'utilisation de la voiture individuelle. Tous les acteurs locaux (collectivités, entreprises, associations, réseaux exploitants…) se sont mobilisés pour mettre en place des actions de sensibilisation. La multiplication des actions doit permettre de créer une véritable synergie en ce sens et ainsi d'obtenir un impact significatif auprès de la population. Au-delà de l'action de sensibilisation à grande échelle, cette manifestation permettra également de tester de nouveaux modes de déplacements, de nouveaux aménagements, ainsi que des démarches innovantes en matière d'organisation des déplacements (plans de déplacements urbains, plans de déplacements d'entreprises, co-voiturage, auto-partage…).

e-sante : Pourquoi avoir choisi cette année la signature : "Bougez autrement. La meilleure énergie, c'est la vôtre ... " ?

Nelly Olin : Cette année, pour la première fois, le ministère de l'écologie et du développement durable s'engage et se mobilise sur l'ensemble de la Semaine européenne de la mobilité. Il s'agit désormais d'une semaine d'actions et non plus d'une seule journée. Désormais, avec « Bougez autrement. La meilleure énergie, c'est la vôtre… », la Semaine des transports publics, la Semaine européenne de la mobilité et la journée sans voiture ne font plus qu'un ! Cette opération se veut positive et mobilisatrice auprès du grand public.

e-sante : Qu'avez-vous prévu pendant cette semaine pour mobiliser le plus grand nombre ?

Nelly Olin : Pour l'édition 2005, j'ai souhaité élargir les inscriptions à la Semaine européenne de la mobilité en sollicitant, en plus des villes, les associations, les entreprises, les autorités organisatrices de transports et les services de l'Etat. Ainsi, au total, ce sont 155 acteurs locaux qui se mobiliseront pendant cette semaine au travers d'actions concrètes, intégrées le plus souvent dans des politiques pérennes. Afin de fédérer le plus grand nombre, les conférences-débats, les journées d'animation autour des déplacements et les initiatives à caractère ludique, sont nombreuses. Cette année encore, pour les villes participantes, nous pouvons retrouver un certain nombre d'actions telles que la piétonisation étendue des centres-villes, des vélostations, des navettes gratuites, des tickets de transports réduits, voire gratuits, des pédibus et vélobus… Par ailleurs, 350.000 guides de l'éco-mobilité, mais aussi 35.000 badges et 40.000 cartes postales aux couleurs de « Bougez autrement » seront distribués au public pendant toute la durée de l'opération. Des spots télévisés seront également diffusés sur TF1, France 2, RTL 9 et MCM.

e-sante : Quelles initiatives ont été mises en place par le gouvernement pour changer les comportements en faveur d'une mobilité durable et diminuer concrètement et de façon significative la pollution ?

Nelly Olin : Si, au fil du temps, nos véhicules sont devenus plus propres, plus performants et plus sûrs, leur nombre et leur usage sont en constante augmentation. D'importantes améliorations peuvent et doivent donc encore être réalisées, notamment pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le Plan véhicule propre et économe (septembre 2003), le Plan climat (juillet 2004), ainsi que le Plan national biocarburants annoncé en septembre 2004, intègrent un ensemble de mesures dont l'application permettra de réduire les émissions des transports d'une vingtaine de millions de tonnes équivalent CO2/an, en 2010, soit près de 28% de l'effort national. Enfin, le Plan national Santé Environnement (juin 2004) vise à répondre à trois objectifs majeurs : respirer un air et boire une eau de bonne qualité, prévenir les pathologies d'origine environnementale et notamment les cancers, mieux informer le public et protéger les populations sensibles (enfants et femmes enceintes).

e-sante : Au quotidien, quels gestes pouvons-nous adopter pour un environnement plus sain et plus agréable à vivre ?

Nelly Olin : Nous avons édité, pour cette Semaine européenne de la mobilité, un guide de l'éco-mobilité « Bougez autrement », dans lequel chacun peut trouver des conseils simples pour s'engager au quotidien en choisissant son mode de déplacement. Il faut savoir que, quel que soit le déplacement (se rendre à son travail, acheter une baguette de pain, aller chercher ses enfants…), les statistiques sont éloquentes : un déplacement automobile sur deux est inférieur à 3 km et un sur quatre est inférieur à 1 km ! Se déplacer à pied ou à vélo pour ce type de trajet représente donc le moyen le moins polluant. Et de 300 mètres à 6 km, le vélo est le mode de transport le plus rapide en ville !Ce que nous privilégions particulièrement reste l'intermodalité. L'offre de transport, ainsi que les infrastructures actuelles, facilitent l'usage de plusieurs modes de transport sur un même trajet : vélo + train ou voiture + métro par exemple. Enfin, pour un meilleur cadre de vie, un geste simple consiste à bien entretenir sa voiture. Un filtre à air encrassé, un moteur mal entretenu, des pneus sous-gonflés, et votre voiture peut consommer jusqu'à 5% de carburant en plus ! Pour en savoir plus, vos lecteurs peuvent se rendre sur le site www.bougezautrement.gouv.fr et consulter le guide en ligne à partir du 16 septembre.