Bien faire l'amour en 9 leçons

Publié le 24 Octobre 2018 à 9h59 par Anne-Sophie Glover-Bondeau, journaliste santé
Validé par : Nathalie Giraud-Desforges, Sexothérapeute et thérapeute de couple
Avoir une vie sexuelle plaisante pour les deux partenaires demande non pas des prouesses techniques mais beaucoup d’écoute de l’autre et de connaissance de soi. Préliminaires, orgasme, plaisir solitaire... Voici tous nos conseils.
© Adobe Stock

Etablir ou rétablir un 50/50

"La sexualité est avant tout un jeu à deux" rappelle Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et thérapeute de couple. Il n’est donc pas toujours nécessaire de prendre la responsabilité à 100% d’un rapport sexuel. Il est important d’établir une "danse du donner-recevoir" : c’est toi qui reçoit, c’est moi qui donne. Faire l’amour, "c’est forcément à 2" rappelle notre spécialiste. Réduire la relation à "je fais bien l’amour" met dans une position de toute puissance. "Le savoir-faire n’est qu’une des clés pour bien faire l’amour" indique la spécialiste. 

Ne pas hésiter à s'auto-caresser 

"Apprendre à se connaître par la caresse auto-érotique fait que notre corps est plus apte à recevoir et à donner" informe Nathalie Giraud-Desforges. Elle rappelle que la masturbation est très importante dans le Kama-Sutra et le Tantra entre autres. Le fait d’être en couple ne doit pas l’empêcher, bien au contraire. Alors, n’hésitez pas à vous caresser, vous faire plaisir et vous faire jouir pour mieux vivre votre vie intime à deux. 

Communiquer : "Le lubrifiant du couple" 

"La communication est le lubrifiant du couple" indique Nathalie Giraud-Desforges. C’est essentiel pour que la sexualité puisse être plus "fluide". "Parlez avec votre conjoint(e) de vos besoins, de vos limites, de ce qui se passe profondément lorsqu’il y a insatisfaction" conseille la sexothérapeute. Mais il est aussi primordial de parler de ce que "bien" faire l’amour a comme signification pour l’un et pour l’autre : "Questionnez-vous de façon bienveillante sans vous faire donneur de leçons, partagez vos craintes. De la vulnérabilité naît l’ouverture et de celle-ci peut naître une connexion plus grande avec l’autre" conseille la sexothérapeute.