Baclofène : dernier pas vers une autorisation temporaire d’utilisation ?

Le baclofène est un myorelaxant utilisé de longue date. Plus récemment, on lui a découvert de nouvelles propriétés, rendant ce médicament très utile dans le sevrage à l’alcool. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) devrait aujourd’hui même autoriser la création d’un fichier de suivi des malades traités par ce médicament, étape indispensable préalable à l’obtention d’une autorisation temporaire d’utilisation du baclofène dans le sevrage alcoolique.

Baclofène, un médicament déjà utilisé contre l'alcoolisme

À ce jour, le baclofène serait utilisé en dehors de toute autorisation officielle (hors AMM) par quelque 50.000 à 150.000 buveurs excessifs, et prescrit par 71% des addictologues à leurs patients souffrant d’alcoolisme.

Une autorisation nécessaire de la Cnil

L’Agence de sécurité du médicament (Ansm) avait annoncé qu’elle régulariserait cette situation en mars 2013 en attribuant au baclofène une « recommandation temporaire d'utilisation » (RTU). Un requis préalable est cependant nécessaire : la création d'un fichier informatique de suivi des malades qui prennent ce médicament à titre exceptionnel. Ce fichier devrait être validé ce jour par la Cnil, ramenant les patients utilisateurs actuels dans leur bon droit (avec un remboursement de ce traitement par la Sécurité sociale) et ouvrant la voie à une future autorisation de l’usage du baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :