AVC : la première cause de mortalité chez les femmes

© Adobe Stock

A l'occasion de la Journée mondiale de l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC), la Société française neuro-vasculaire révèle des chiffres forts. Première cause de handicap acquis chez l'adulte, première cause de mortalité chez la femme, deuxième cause de démence après Alzheimer...

PUB

L'AVC n'est pas rare, ne touche pas que les personnes âgées ou celles qui ont une mauvaise hygiène de vie. "L’AVC est l’affaire de toutes et tous : enfants, jeunes, adultes, séniors, il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour prévenir l’AVC" rappelle ainsi le Pr Serge Timsit, Président de la SFNV, Chef du Service de Neurologie au CHU de Brest dans un communiqué de l'association. Et les chiffres en France sont édifiants : 

PUB
PUB
  • Près de 800 000 personnes sont atteintes par un AVC et plus de 500 000 en gardent des séquelles.
  • Chaque année, plus de 140 000 nouvelles personnes sont touchées et environ 30 000 en décèdent.
  • 1 personne sur 6 aura un AVC dans sa vie.
  • L’AVC est la première cause de handicap acquis de l’adulte.
  • L'AVC est la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.
  • L'AVC est la première cause de mortalité chez la femme.
  • Près de 25% des AVC surviennent avant 65 ans. 
  • On estime à 7,8 millions le nombre de morts par AVC d’ici 2030.
  • L'AVC touche moins de 1% des moins de 18 ans.
  • Les jeunes adultes connaissent une augmentation de cas avec des facteurs de risque classiques qui ont tendance à croitre dès l’âge de 35 ans.

Et les cas d'AVC ne devraient pas baisser. Selon la SFNV, de nouveaux facteurs socio-environnementaux un accroissement pour les années à venir : drogues, pollution atmosphérique mais aussi obésité et diabète. Les femmes, premières victimes de l’AVC, présentent des facteurs de risque qui leur sont propres : l’association pilule, tabagisme et migraine avec aura* ; les périodes à risque comme la grossesse, la ménopause et le traitement hormonal substitutif ; la dépression et le stress psycho-social auxquels elles sont davantage exposées que les hommes. 

Comment se produit l'AVC ?

L'accident vasculaire cérébral se produit lorsque le cerveau n'est plus suffisamment irrigué par le flux sanguin. Il peut s'agir d'un simple ralentissement ou d'un arrêt si un vaisseau sanguin se bouche par exemple. Des dépôts de cholestérol à l'intérieur des vaisseaux peuvent ralentir la circulation sanguine. Un caillot peut obstruer un vaisseau sanguin. Il existe également des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques : un vaisseau cérébral se rompt, entraînant un épanchement de sang dans le cerveau puis une compression d'autres vaisseaux. Ce qui finit par entraver la circulation. Mal irrigués, les neurones meurent, ce qui peut provoquer des lésions et affecter de nombreuses fonctions cérébrales, comme le langage, ou les fonctions périphériques, comme les mouvements. 

Parmi les signes caractéristiques de l'AVC :

  • Engourdissement, perte de sensibilité ou paralysie du visage, du bras, de la jambe, d'un seul côté du corps.
  • Perte d'équilibre, étourdissement, manque de coordination.
  • Troubles de la vue d'un seul oeil ou perte soudaine de la vue.
  • Confusion, difficultés à parler.
  • Mal de tête violent, soudain et inhabituel.

Devant ces signaux d'alerte, il faut immédiatement alerter les secours en composant le 112 ou en appelant le SAMU au 15.


Publié par Aurélie Blaize, journaliste santé le Jeudi 25 Octobre 2018 : 10h38
Source : La Société Française Neuro-Vasculaire alerte la population : "L’AVC, nous sommes tous concernés !" , SNFV, 23 octobre 2018.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés