Arrêter de fumer : qu'est-ce que le syndrome de manque ?

Publié le 27 Avril 2018 par La Rédaction E-Santé
Arrêter de fumer n’est pas toujours une décision facile à prendre. Certains fumeurs redoutent en effet le syndrome de manque. Quels sont les symptômes prévisibles du sevrage tabagique ? Comment les surmonter ?
PUB
© Istock

Arrêter de fumer: le syndrome de manque

PUB

Lorsqu’un fumeur renonce au tabac, des symptômes de sevrage vont apparaître, dont l’intensité et la durée varieront en fonction de la personne et de sa consommation de tabac jusqu’alors. On note chez ces personnes un caractère agressif, irritable, typique du syndrome de manque. L’addiction à la nicotine a entraîné des habitudes et les casser affecte l’humeur. Cela se traduit de même par un sommeil perturbé, des réveils plus matinaux les premiers temps de l’arrêt du tabac. Par ailleurs, on observe l’apparition d’une forme d’anxiété et de tristesse lors du sevrage. En effet, la nicotine joue un rôle de stimulant. Son arrêt peut donc engendrer une petite déprime voire une dépression.

PUB

Sevrage tabagique: comment mieux le vivre

Quand on décide d’arrêter de fumer, il faut mettre tous les atouts de son côté pour y parvenir. Pour pallier l’irritabilité due au manque de nicotine, il est possible de procéder progressivement en utilisant des patchs ou des gommes à la nicotine. Si le moral est en berne, une activité physique régulière aidera à secréter de la sérotonine, l’hormone du bonheur, et à retrouver un meilleur sommeil. Si le sport ne suffit pas, le médecin pourra prescrire de façon transitoire un anxiolytique ou un antidépresseur. Enfin, il est recommandé de choisir la bonne période pour arrêter, à savoir une période calme sur le plan professionnel comme personnel.

La rédaction vous recommande sur Amazon :