Anxiété, dépression : et si cela vous empêchait de tomber enceinte ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Jeudi 17 Novembre 2011 : 10h55
Mis à jour le Mardi 31 Mars 2015 : 16h46

Il semblait acquis que le stress, l'anxiété et la dépression diminuent les chances de tomber enceinte. Une nouvelle étude sème le doute, au moins en cas de procréation médicalement assistée

PUB

Anxiété et dépression ne diminueraient pas les chances de tomber enceinte

Dans le British Medical Journal, une méta-étude (analyse de 14 études scientifiques) s'est penchée sur l'influence des émotions sur la fertilité. Elle montre que l'anxiété ou la dépression des femmes avant une tentative de procréation médicalement assistée (PMA) n'a pas d'impact sur la réussite de l'essai en question. "Les conclusions de cette méta-étude devraient rassurer les femmes et les médecins : la détresse émotionnelle causée par les problèmes de fertilité ou d'autres événements de vie qui adviennent pendant le traitement ne compromettent pas les chances de tomber enceinte" ont déclaré les auteurs.

PUB
PUB

Influence de l'anxiété et de la dépression sur la fertilité : une étude qui ne fait pas l'unanimité

D'autres chercheurs contredisent cette conclusion, ou la trouvent en tout cas un peu trop catégorique. En effet, jusqu'ici les études dans le domaine pointaient plutôt une responsabilité des difficultés émotionnelles dans les conceptions difficiles. Et comme toutes les études scientifiques, celle-ci a ses défauts, notamment la méthode utilisée pour déterminer le niveau d'anxiété de la future mère. Les scientifiques ont en effet demandé aux mères si elles se sentaient angoissées ou déprimées juste à l'instant de l'enquête. C'est une approximation pour leur état des jours qui précèdent et qui suivent, mais pas une mesure exacte.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Jeudi 17 Novembre 2011 : 10h55
Mis à jour le Mardi 31 Mars 2015 : 16h46
Source : Boivin, J., British Medical Journal, février 2011, BMJ 2011;342:d223
doi:10.1136/bmj.d223
PUB
PUB
A lire aussi
Infertilité : traiter l’obésité d’abordPublié le 05/12/2014 - 07h53

Selon une étude espagnole de l'Institut Valencien de l'infertilité (IVI), le surpoids et l‘obésité impactent sur le taux de réussite de l’aide médicale à la procréation.En d’autres termes, l’excès pondéral diminue la fertilité : les femmes en surpoids ont plus de difficultés à...

FIV : approches complémentairesPublié le 17/05/2013 - 09h47

Près d'un couple sur six rencontre des difficultés pour avoir un enfant. L’aide médicale à la procréation peut leur apporter une aide. Mais avant et pendant une telle prise en charge médicale, que peut-on faire en parallèle pour augmenter les chances de réussite ?

Pourquoi tant de grossesses tardives ?Publié le 21/04/2008 - 00h00

L'âge de la première grossesse est passé de 24,2 ans en 1978 à 27,6 ans en 1998. Puis, en 2007, en région parisienne, les femmes ont en moyenne leur premier enfant à 32 ans (1). Cela entraîne des difficultés importantes pour la fécondation, car la femme est moins fertile en avançant en...

Plus d'articles