Angioplastie, stent : comment sauvent-ils nos artères ?

Chaque année, plusieurs dizaines de milliers d'angioplasties sont réalisées, avec ou sans placement de stent.

Ces procédures permettent de lutter contre l’angine de poitrine, ou de soigner un infarctus s’il est détecté très rapidement.

Angioplastie, stent : 5 questions et réponses pour mieux connaître ces mots barbares qui néanmoins sauvent des vies !

PUB

Qu’est-ce qu’une angioplastie ?

Une angioplastie est une opération qui a pour but de rouvrir des artères qui sont bouchées, diminuées ou rendues moins souples par l’athérosclérose.

L’athérosclérose est provoquée par l’accumulation de lipides (entre autres du cholestérol) à l’intérieur des artères. Cette accumulation entraîne une réaction fibreuse, qui forme une plaque qui durcit et réduit la lumière de l'artère.

Elle a deux conséquences :

- l’artère est moins efficace et les organes qu’elle irrigue reçoivent moins de sang.

- et des caillots de sang ou des morceaux de la plaque peuvent se détacher, puis boucher l’artère – c’est l’infarctus du myocarde ou l’AVC (accident vasculaire cérébral).

L’angioplastie consiste à introduire dans l’artère un ballonnet qui sera gonflé dans la zone affectée pour augmenter son diamètre. Elle peut être accompagnée de la pose d’un stent pour améliorer l'état général de l'artère et donc éviter les récidives.

Qu’est-ce qu’un stent ?

Un stent est un implant destiné à maintenir le diamètre de l’artère après une angioplastie. Il se présente sous la forme d’un cylindre fait de mailles de métal ou de textile, mesurant environ 15 mm. Ce cylindre est déposé à l’intérieur de l’artère pour maintenir un diamètre satisfaisant.

Des stents qui délivrent des médicaments

Le problème principal de l’angioplastie et du stent, c’est que les récidives sont fréquentes – jusqu’à 30% des cas selon l’opération choisie. Pour les éviter, on peut utiliser des stents recouverts de médicaments, qui sont libérés lentement au fil du temps. Le but est d’empêcher les réactions de rejet du stent, qui risquent d’entraîner une récidive.

PUB
PUB

Il existe aussi aujourd'hui des stents biodégradables. Ils évitent de devoir laisser du métal dans l'artère, puisqu'ils disparaissent en 18 mois à peu près. Il s'agit d'une invention belge, prometteuse mais qui n'est qu'à ses débuts.

Publié le 30 Septembre 2013
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé
Source : NHS Choices – Coronaary angioplasty ; Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 1.
Voir + de sources
Art. No.: CD004588. DOI: 10.1002/14651858.CD004588.pub3. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD000515. DOI: 10.1002/14651858.CD000515.pub4. (1) Drug Eluting Stents en Belgique: Health Technology Assessment. KCE reports 66B, 2007.