Allergies aux pollens : les départements les plus exposés

© Istock

Les allergies saisonnières font leur retour en France. De nombreux arbres commencent à bourgeonner avec le redoux, particulièrement dans 8 départements de métropole.

PUB

Après une vague de froid tardive, le redoux s'installe en France. Avec le printemps, un autre phénomène bien connu fait sa rentrée : celui des allergies. Alors que les premiers bourgeons viennent orner les branches des arbres, les éternuements se font entendre.

Dans son bulletin hebdomadaire, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) le confirme : les allergies saisonnières sont de retour. Les pollens de bouleau se montrent particulièrement actifs. Mais pour le moment, tout le territoire n'est pas concerné.

Huit départements sont bien plus exposés que les autres aux plantes à l'origine des rhinites et sont en alerte rouge – ce qui signifie que certains pollens  sont fortement présents. Et ces derniers ont un fort potentiel allergisant.

PUB
PUB

Bouleau et cupressacées en plein pic

Du nord au sud, la Seine-et-Marne est concernée par une présence élevée de pollens de bouleau, mais aussi une prolifération modérée de pollens de frêne et de charme. Ces signalements devraient progressivement s'étendre sur le reste du territoire au cours des prochaines semaines.

Plus au centre de la France, le Cher et l'Indre doivent faire face à une forte présence de bouleaux en fleurs et aux premiers bourgeons de frêne.

Plus au sud, c'est tout simplement la débandade. Le Vaucluse aura fort à faire avec les pollens  de cupressacées (cyprès commun ou d'Arizona, genévrier, thuyas, cade) qui fleurissent gaiement. En Lozère s'ajoute le calvaire du frêne, en plein regain d'activité.

Les habitants de l'Aveyron et du Tarn auront, quant à eux, à batailler entre les pollens de cupressacées, et dans une moindre mesure de frêne et de bouleau. Dans l'Hérault, le bouleau se fait plus rare mais est remplacé par les floraisons de peupliers.

Réseau national de surveillance aérobiologique

Nez qui coule et éternuements

A ces huit départements à haut risque s'ajoutent sept départements modérément exposés pour le moment : Paris, la Vendée, le Rhône, le Var, les Bouches-du-Rhône, l'Aude, les Pyrénées-Orientales.

Mais la situation devrait s'embraser rapidement sur le reste du territoire. Selon le RNSA, les pollens de platane, de frêne, de saule et de charmes vont prochainement se répandre en France. Les graminées et les urticacées sont également à surveiller.      

Les signes de la rhinite allergique sont aisément reconnaissables : nez bouché, éternuements, écoulements nasaux, démangeaisons. Ils peuvent s'accompagne d'une conjonctivite allergique. Dans les cas les plus sévères, l'inhalation de petits pollens peut provoquer des troubles respiratoires, surtout le soir.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés