Allergies respiratoire

Cassis, estragon, ortie : les plantes peuvent soulager les symptômes des allergies respiratoires.

PUB

Rhume des foins, asthme : quand les allergènes s’en mêlent

Dans la grande famille des allergies, les allergies respiratoires tiennent une place de choix. Qu’elles se traduisent par une rhinite allergique ou par de véritables crises d’asthme, elles sont dues à un emballement du système immunitaire qui réagit à l’excès contre des substances comme les pollens ou les acariens, appelées allergènes.

Dans le cas de la rhinite allergique que l’on appelle communément rhume des foins, les allergènes (généralement inoffensifs) entrainent une inflammation des muqueuses qui tapissent l’intérieur du nez et la sécrétion d’histamines. Le nez picote, des éternuements et des larmoiements apparaissent ainsi qu’un écoulement nasal clair. Dans certains cas, l’inflammation gagne les bronches et déclenche des crises d’asthme.

Conseils pratiques pour limiter les symptômes des allergies respiratoires

Les rhinites allergiques peuvent faire l’objet d’automédication, mais il est toujours préférable de consulter notamment si le rhume des foins dure plus d’une dizaine de jours et si vous souffrez d’asthme. Le médecin pourra chercher les substances allergisantes ou vous orienter vers un allergologue. Les médicaments prescrits sont en général des antihistaminiques qui bloquent la production d’histamines par le corps ou des corticoïdes. Si vous vous savez sujet aux allergies respiratoires, vous pouvez penser à :

Si les pollens sont en cause :

  • Éviter les activités de plein air durant la journée surtout en cas de vent. Préférez, quand c’est possible, les sorties juste après la pluie ou tôt le matin.
  • Porter des lunettes pour protéger les yeux des pollens. Vous laver les cheveux (ou les brosser soigneusement) après chaque promenade et le soir avant le coucher.
  • Vous renseigner sur l’état des pollens dans votre région (www.pollens.fr).
  • Utiliser la climatisation plutôt que d’ouvrir les fenêtres, notamment en voiture.
  • Nettoyer régulièrement votre nez avec du sérum physiologique.

Si les acariens sont en cause :

  • Ne pas trop chauffer votre maison et veiller à en limiter le taux d’humidité.
  • Aspirer et dépoussiérer régulièrement les différentes pièces de la maison.
  • Éviter au maximum la présence de tapis, de moquette. Pour la literie, utiliser des tissus anti-acariens.
  • Aérer la chambre au moins une fois par jour.

Guide: 

Publié le 15 Janvier 2016 | Mis à jour le 15 Janvier 2016
Auteurs : Audrey Gast
PUB
PUB

Contenus sponsorisés