Allergies alimentaires, une autre assiette

Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Lundi 29 Janvier 2007 : 01h00
Les allergies alimentaires, quatrième problème de santé publique mondial, touchent, en France, près de 4% des adultes et 8% des enfants. Tous les aliments sont susceptibles de provoquer une allergie. Comment manger sans causer de réactions secondaires, allant d'une petite rougeur à une sévère réponse allergique ?
PUB

Hippocrate a reconnu, dès le Ve siècle avant Jésus-Christ, que le lait de vache pouvait causer des troubles digestifs et de l'urticaire. 90% des allergies alimentaires connues en Europe sont déclenchées par l'arachide (cacahuète), le lait ou les produits laitiers, les oeufs, le poisson, les crustacés, le soja, le blé, les noisettes, la noix ou le céleri. Suivent les viandes, la charcuterie La liste est longue. On estime qu'aujourd'hui en France, 3 à 10% des gens en sont atteints et le nombre d'enfants allergiques ne cesse d'augmenter. La prévention, le choix des produits permettent de vivre avec ces allergies.

Allergie alimentaire et intolérance

Une allergie alimentaire est une réaction d'hypersensibilité immédiate provoquée par l'ingestion d'une substance alimentaire qui inclut aussi quelques additifs alimentaires. De nouvelles allergies apparaissent ou sont en augmentation, celles aux fruits exotiques, aux épices et condiments, aux huiles de tournesol et sésame, par exemple.

PUB
PUB

La prévention dès l'enfance

Le meilleur moyen de ne pas avoir d'allergie alimentaire est d'éviter l'aliment responsable de cette allergie quelles que soient sa forme et sa présentation, prendre des précautions dès le plus jeune âge surtout pour les personnes à risque. En effet, si les parents ne développent pas de manifestations atopiques, l'enfant a 10% de chance d'être atopique, si un des parents l'est, l'enfant a 30% de chance de l'être et si les deux parents le sont, le risque peut approcher les 60% !

On a remarqué que lorsque la diversification alimentaire se faisait plus tardivement, surtout en ce qui concerne certains aliments comme le lait de vache, les oeufs, le boeuf, le poulet, le blé, chez des enfants à risques et allaités au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie, ceux-ci présentaient nettement moins de manifestations atopiques.

Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Lundi 29 Janvier 2007 : 01h00
Source : Côté Santé, n° 16, février 2007.
PUB
PUB
A lire aussi
Allergie alimentaire : attention aux cosmétiques !Publié le 05/05/2004 - 00h00

Bien souvent, chez l'enfant allergique, l'éviction de l'allergène alimentaire ne suffit pas. Et pour cause, il se cache également dans les lotions et autres crèmes lavantes. On pense tout de suite à l'huile d'amande douce, mais elle est loin d'être la seule.

Les allergies croisées augmententPublié le 29/08/2000 - 00h00

Un allergique au latex peut le devenir à l'avocat. Celui qui éternue en présence des chats peut être sensibilisé à la viande de porc. Ces phénomènes d'allergies croisées se multiplient et il faut consulter au moindre doute. Le Dr Etienne Bidat, allergo-pédiatre (Hôpital Ambroise Paré à...

Forte progression des allergies alimentairesPublié le 02/01/2001 - 00h00

Les allergies alimentaires sont de plus en plus fréquentes, en raison de la diversification de notre alimentation. Du simple picotement buccal au redoutable choc anaphylactique, en passant par l'eczéma ou la crise d'asthme, l'allergie alimentaire peut prendre des formes très diverses. La mise enévidence de l'allergène responsable nécessite une enquête minutieuse, comprenant des tests cutanés et parfois oraux. Seule l'éviction totale de l'aliment en cause permet d'éviter l'apparition des manifestations de l'allergie, dont l'évolution à long terme varie selon l'âge du sujet et le...

Plus d'articles