Acrochordons : 5 choses à savoir sur les "boules de chair"

Les acrochordons, ou molluscum pendulum, ressemblent à des boules de chair qui poussent souvent dans le cou ou sous les aisselles. Sont-ils contagieux ? Pourquoi apparaissent-ils ? Comment les enlever ? Le point avec Dr Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue.
© Adobe Stock

Elles pendent à la peau, attachées par un simple pédoncule de chair. Mais que sont ces petites "boules de chair" d’un point de vue dermatologique ? "Il s’agit d’acrochordons, aussi appelés molluscum pendulum, et correspondent à des petites excroissances de chair bénignes", nous explique le docteur Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue à Paris.

Ils se situent dans les zones de pli

Les acrochordons se développent le plus souvent au niveau des zones de pli ou de frottements. "Ils se logent donc le plus souvent dans le cou, à l’endroit où il existe un frottement du col des habits sur la peau, mais aussi au niveau des aisselles, du pli de l’aine ou de la paupière" décrit la dermatologue.
Chez les femmes, on les trouve également "sous les seins, au niveau du soutien-gorge" ajoute la spécialiste.
Dans certains cas, les molluscum pendulum prennent des dimensions importantes : "ils peuvent apparaître en chapelets, par douzaine ou par quinzaine, tous en ligne" observe la docteure Oliveres-Ghouti.

Ne pas confondre : molluscum pendulum et molluscum contagiosum. Ces derniers sont des boutons induits par une infection virale de la peau et se transmettent par simple contact.

Ils sont souvent liés aux fortes chaleurs

"Les années de fortes chaleurs estivales, il n’est pas rare de voir dans les cabinets de dermatologie une affluence de personnes qui consultent au début de l’automne pour des poussées d’acrochordons dans les zones de pli" révèle le docteur Oliveres-Ghouti. Et pour cause : la transpiration constitue un facteur déclenchant des molluscum pendulum.

A l’heure actuelle, aucun autre facteur favorisant n’a été identifié et il ne semble pas exister de profil à risque : "Les acrochordons peuvent survenir à tout âge, qu’on ait 15 ou 80 ans, aussi bien chez les hommes que chez les femmes" souligne la dermatologue.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci à Dr Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue à Paris.
Molluscum pendulum, Dr Denise Aaron, MSD Manuals 

La rédaction vous recommande sur Amazon :