Accidents de ski, une question de timing

© Fotolia

Les amoureux du ski ont bien de la chance de pouvoir se réserver une semaine par an pour s’adonner à leur passion. Quelques conseils pour éviter les accidents de ski.

Publicité

Accidents de ski : le troisième jour surtout

Les médecins et personnels infirmiers en poste dans les stations de ski rapportent que la majorité des accidents survient au troisième jour des vacances. Pourquoi ? Tout simplement parce que le skieur prend alors confiance en ses possibilités et, en même temps, ignore sa propre fatigue.

En cause, la maladresse et une trop grande faiblesse musculaire, du moins chez les adultes. C’est pourquoi une bonne préparation physique de plusieurs semaines précédant le départ au ski réduit sensiblement les risques.

Et si les accidents de ski sont moins nombreux qu'autrefois, ils sont souvent plus graves. Ainsi, l'amélioration des techniques de glisse a créé des situations explosives où des skieurs - pas toujours confirmés - défilent à des vitesses folles sur de véritables boulevards de neige. Il faut savoir qu'aujourd'hui, les collisions sont à l'origine de très nombreux accidents de ski. Or près du tiers des blessures à la tête, dont les traumatismes crâniens, sont occasionnés lors de collisions, ces dernières ayant représenté 11% des accidents sur les pistes durant la saison 2014-2015.

Publicité
Publicité

Le port du casque apparaît indispensable au minimum pour les mini-dévaleurs des pentes, sinon pour tout le monde, adultes compris. Heuremsement, les adèptes du casque sont de plus en plus nombreux : 98% des enfants, 89% des adolescents et 56% des adultes l'an dernier.

Accidents de ski : des accidents bêtes

Parfois la casse est due à une chute bénigne dont les conséquences peuvent être gravissimes. Une glissade au pied du téléski, par exemple, ne permet pas au pied de sortir de sa fixation et peut entraîner des dégâts considérables à l'intérieur du genou. Voilà pourquoi il est si important d'apprendre à tomber sur le flanc, sans se faire mal... Ce manque d'expérience se trouve à l'origine de nombreux accidents, surtout chez les skieurs débutants, trois fois plus souvent blessés que les skieursconfirmés. Mais ces derniers ne sont pas à l’abri de tous dangers pour autant.

Les lésions les plus fréquentes sont représentées par les entorses du genou (29%), dont la rupture du ligament croisé antérieur (15%), une des formes les plus graves de l’entorse du genou qui touche surtout les adultes et particulièrement les femmes. Viennent ensuite les lésions de la tête et du tronc (18%), dont les traumatismes crâniens (3%), puis les lésions de l’épaule (16%).

En ski alpin, les accidents sont essentiellement des fractures de la jambe et de la cheville (trois fois plus fréquents chez les enfants et 5 fois plus chez les enfants débutants), et des entorses du genou (34%) dont des ruptures du ligament croisé antérieur (18%). En snowboard enfin, la fracture du poignet (28%) touche surtout les enfants et les adolescents, avec un risque accru chez les débutants.

En pratique, « le réglage des fixations exerce une influence certaine sur les entorses du genou » précise l’Association Médecins de Montagne. Alors veillez à vérifier leur réglage à chaque saison. Et en snowboard, les protections de poignet diminuent le risque de fractures. Pourtant, la saison dernière, seuls 22% des snowboarders en portaient.

En se munissant du meilleur matériel possible et en adoptant un maximum de règles de prudence, on arrive à éviter les écueils de la neige et par là-même à passer de bonnes vacances de ski !

 
Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 23 Mars 2011 : 13h38
Mis à jour le Jeudi 07 Janvier 2016 : 16h44