8 choses dangereuses que vous devez ranger en haut de vos placards
Publié le 06 Novembre 2018 à 16h33 par Marion Maublanc, journaliste santé

Les accidents de la vie courante sont à l’origine de 5 millions de recours aux urgences, plusieurs centaines de milliers d’hospitalisations et plus de 20 000 décès en France chaque année. Ces accidents constituent la première cause de décèschez les enfants de 1 à 14 ans, une population particulièrement à risque. À la maison, des gestes simples permettent de réduire ce risque. En plus d’une vigilance de chaque instant, rendre les produits dangereux inaccessibles à la portée des plus petits limite les accidents. Plusieurs objets sont ainsi à ranger sous clefs ou en hauteur pour éviter les catastrophes.

Les capsules de lessive liquide : plus de 7000 expositions accidentelles

La lessive en capsules possède un côté bien pratique. Mais attention, ce format est responsable de nombreux cas d’intoxications : attirés par leur texture, leur couleur et leur taille, les enfants portent facilement ces dosettes de lessive à leur bouche. Or les capsules sont conçues pour se rompre au contact de l’eau, ce qu’il se produit avec la salive de l’enfant. Deux fois plus concentré que la lessive classique, ce liquide va entrainer des réactions digestives (vomissements, irritations et lésions du tube digestif), oculaires, respiratoires et cutanées. Et ces accidents sont de plus en plus fréquents car les capsules unidoses bénéficient d’un franc succès commercial. Ainsi, entre 2005 et 2012, les centres antipoison et de toxicovigilance ont enregistré 7 562 expositions accidentelles au liquide contenu dans ces dosettes, dont 104 cas graves ayant entraîné des complications respiratoires ou des lésions oculaires.

Les piles boutons : 1200 visites aux urgences

L’ingestion des piles boutons représente également un important danger pour les enfants. Ces petits objets plats sont ainsi responsables de 1 200 visites aux urgences par an. Les piles boutons comportent deux risques : l’étouffement et la lésion des voies digestives. Tout d’abord, si la pile se bloque au niveau des voies respiratoires, l’enfant risque de s’étouffer en empêchant le passage de l’air. Ensuite, si la pile reste bloquée sans empêcher le passage de l’air, elle peut libérer des substances toxiques dans l’œsophage et dans les tissus environnants, provoquant une hémorragie potentiellement mortelle

Pour éviter ce type d’accident, rangez vos piles hors de portée des enfants et si certains de ses jouets fonctionnent avec des piles, appliquez les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) :

  • Vérifier que le compartiment à piles soit bien sécurisé et ne puisse pas être ouvert, et, dans le cas contraire, ne pas laisser l’objet les contenant à disposition d’un enfant ;
  • Privilégier l’achat d’appareils dont le compartiment à piles est sécurisé (présence d’une vis ou nécessité d’accomplir deux manœuvres indépendantes pour l’ouvrir).

Les pièces de monnaie : trop souvent dans la bouche

Autre petit objet qui risque de provoquer un étouffement : les pièces de monnaie, tentantes pour les jeunes enfants qui portent tout à leur bouche. Comme les piles boutons, celles-ci risquent d’obstruer les voies respiratoires en s’y logeant.

Même chose pour les billes, les capuchons de stylo et les petits aliments durs comme les olives, les bonbons durs ou les cacahuètes particulièrement dangereux chez les enfants de moins de 6 ans. Attendez qu’il soit suffisamment grand pour lui confier ces objets ou lui faire goûter ces aliments et surveillez-le pendant ses repas ou lorsqu’il joue.

Les médicaments : ce ne sont pas des bonbons !

Ils sont colorés, possèdent des formes variées et ressemblent parfois à des bonbons. Les médicaments constituent une menace pour les jeunes enfants, curieux de les porter à leur bouche. C’est pourquoi il est nécessaire de les tenir hors de la portée des enfants. La meilleure solution est de placer ces produits dans une armoire qui peut être verrouillée à clef. Assurez-vous de ne jamais laisser de médicaments à portée des enfants, sur une table de chevet, dans un sac à main ou dans la salle de bain par exemple.Enfin, ne présentez jamais un médicament comme un bonbon à votre enfant, même s’il s’agit d’un traitement qui doit lui être administré.

Les produits ménagers : ne jamais les changer de bouteille

Comme les lessives, les produits ménagers représentent un risque d’intoxication par ingestion, surtout qu’ils sont particulièrement attirants lorsqu’ils sont colorés et lorsque leur odeur est parfumée. Dans son guide Protégez votre enfant des accidents domestiques, Santé Publique France recommande ainsi de toujours ranger les produits ménager "en hauteur, hors de portée des enfants et si possible dans un placard fermé à clef".L’organisme préconise par ailleurs d’ "expliquez à votre enfant les dangers que représentent ces produits et [de l’éloigner] quand vous les utilisez."Autres précautions : "Ne transvasez jamais un produit ménager dans une autre bouteille" et "utilisez des produits munis de bouchons de sécurité".

Les outils de bricolage : ils veulent faire "comme des grands"

Marteau, clous, pince, scie, tournevis, perceuse… Les enfants risquent de se blesser avec les outils de bricolage, en particulier aux alentours de 4-5 ans, âge auquel un enfant "prend des risques qu’il ne peut pas toujours bien mesurer" et "se sent capable de faire beaucoup de choses tout seul", rappelle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). 

Pour éviter le risque d’accident, rangez votre matériel de bricolage dans un placard en hauteur ou fermé à clefs. Ne les laissez pas traîner lorsque vous avez fini de travailler et ne laissez pas les enfants jouer à proximité.

Les sacs en plastique : un risque de suffocation

Les sacs en plastique sont eux aussi à ranger en hauteur, hors de portée des enfants pour qui ces objets représentent un risque de suffocation.Et les sacs en plastique ne sont pas les seuls objets susceptibles de provoquer un étouffement : pensez aussi à ranger en hauteur les ceintures, les cordons et les cordes, les colliers, les foulards et les écharpes.

La drogue : les intoxications au cannabis augmentent 

Posséder de la drogue est un acte illégal. Pourtant, de nombreux cas d’intoxication accidentelle surviennent chaque année, notamment des cas d’intoxication au cannabis chez les enfants. En l’espace de trois ans, le nombre d’intoxication accidentelle de cannabis chez les enfants a été multiplié par 2,5 et les symptômes observés se sont aggravés : entre 2015 et 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) des produits de santé a ainsi enregistré deux fois plus d’hospitalisations et cinq fois plus de cas graves nécessitant une réanimation qu’entre 2010 et 2014.

L’ANSM a également noté que l'intoxication accidentelle au cannabis touchait essentiellement les jeunes enfants de moins de deux ans et que l'empoisonnement se déroulait le plus souvent au sein du foyer familial, principalement durant la période estivale et les fêtes de fin d'année où les substances illicites circulent plus souvent que d’ordinaire.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Protégez votre enfant des accidents domestiques - Enfants 0-6 ans. Brochure de Santé Publique France (anciennement Inpes) 
Accidents domestiques : comment protéger les enfants ? Ministère de l’Economie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics, 10 mars 2017 
Les accidents de la vie courante. Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), page consultée le 5 novembre 2018 
Conseils pour limiter les risques pour vos enfants. Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), page consultée le 5 novembre 2018 
Risques d’ingestion de piles bouton par les jeunes enfants : adoptez les bons réflexes en cas d’accident. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), 13 décembre 2017 

La rédaction vous recommande sur Amazon :