6 conseils pour aborder zen ses examens et les réussir !
Publié le 07 Juin 2010 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le jour " J ", ne pas laisser la panique décider pour eux


Une année entière d'apprentissage et de préparation peut être réduite à néant par seulement quelques heures d'examen. C'est dur, mais c'est une réalité qu'il faut apprendre à affronter. Surtout, il ne faut pas laisser la panique prendre le dessus, gâcher ce moment et décider de l'avenir.

Certes, les acquis jouent un rôle essentiel dans la réussite d'un examen, mais la préparation mentale joue aussi pour beaucoup.

La veille de l'examen


Ne pas se surcharger de révision le dernier jour, au risque de se fatiguer, de s'embrouiller et de générer une panique inutile. Au contraire, la veille de l'examen, il faut prévoir un programme léger et qui vise à consolider les acquis. On peut consulter une dernière fois les fiches les plus importantes pour s'occuper et se rassurer, voire rédiger de nouvelles fiches sur lesquelles on inscrit les points les plus difficiles à retenir, les dates ou autre règle et formule complexes. On les imprime ainsi dans sa mémoire. C'est peut-être aussi le moment d'inventer des astuces mnémotechniques : trouver un mot ou une phrase dont les lettres ou premières lettres de chaque mot correspondent à une formule clé en math, etc.

Attention, pas de révision toute la nuit ! Prévoir de se détendre en fin de journée, puis de se coucher à une heure très raisonnable.

Juste avant l'examen


Se lever à une heure raisonnable, c'est-à-dire ni trop tôt par rapport à l'heure de votre examen (l'attente est angoissante), ni trop tard (se dépêcher est stressant).

Prendre un petit-déjeuner est très important. Il ne faut pas arriver à l'examen le ventre vide, au risque d'avoir un coup de pompe sur sa feuille, ni trop plein d'ailleurs.

Prendre une douche pour se donner un coup de fouet.

Idéalement, faire quelques mouvements de gymnastique pour se sentir bien dans son corps.

Contre la panique et le stress, la veille, avant d'entrer dans la salle d'examen et pendant l'examen (en prenant connaissance de l'énoncé par exemple), la relaxation rapide est très efficace : inspirer lentement pendant 5 secondes en gonflant le ventre, bloquer la respiration pendant 5 secondes, expirer lentement à partir du ventre, pendant 5 secondes.

Pendant l'examen


Pas de précipitation, il faut être efficace !

Lire très attentivement l'énoncé et jusqu'à la dernière ligne.

Une fois l'énoncé bien compris et en cas d'épreuve longue, établir un plan et accorder à chaque partie le temps idéal nécessaire dans la limite du temps qui est alloué.

Commencer par les questions que l'on trouve les plus faciles, tout en gardant le temps nécessaire aux questions plus difficiles.

Ne pas rester bloqué sur une question. Passer à une autre et y revenir après. Cocher celles que l'on a traitées et entourer celles sur lesquelles il faut revenir.

Prévoir une dizaine de minutes pour se relire.

Soigner la présentation : l'orthographe bien sûr, mais aussi l'écriture, les interlignes, les paragraphes. Plus la copie sera agréable à lire, plus le correcteur risque d'être indulgent (dans la mesure du possible).

L'examen oral


Pour passer un oral, la propreté et la tenue vestimentaire comptent. Toutefois, il faut privilégier des vêtements dans lesquels on se sent bien. Cela donne de l'aisance et donc de l'assurance.

Il faut parler suffisamment fort sans hurler et distinctement.

Les oraux imposent souvent de longues attentes angoissantes dans le couloir. La pratique de la relaxation rapide est vraiment un atout pour se détendre et patienter sans trop de stress. Comme indiqué ci-dessus, elle consiste à inspirer sur 5 temps et à expirer sur 5 temps, à répéter pendant 2 à 3 minutes.

Positiver


Voir tout en noir n'apporte aucun bénéfice. Ruminer en pensant " je suis nul ", " je n'y arriverai jamais ", " j'aurais dû réviser plus ", etc., diminue l'estime de soi et la motivation. Il faut donc éliminer un tel fonctionnement et inversement positiver : " moi aussi je peux y arriver ! ", " j'ai toutes mes chances ", " j'ai du bon sens ", etc. Pour s'aider, on peut passer en revue toutes ses qualités et ses expériences (toutes les leçons apprises, le temps passé devant les cours, les explications données à votre copain pour l'aider, la réussite aux examens précédents, etc.).

Source : Institut Moncey