10 choses étonnantes à savoir sur les jumeaux

© Istock

Leur ressemblance fascine autant qu'elle étonne. On a beau côtoyer de nombreux jumeaux, ces frères et sœurs nés au même moment abritent encore de nombreux secrets. E-Santé en perce quelques-uns pour vous.

PUB

2 % des humains sont jumeaux

Parmi les 7.5 milliards d'humains qui peuplent la planète, 2 % sont des jumeaux. Un nombre étonnant, même s'il est vrai que les grossesses gémellaires sont de plus en plus fréquentes depuis plusieurs années.

Rien qu'en France, la progression est spectaculaire. Trois enfants sur cent naissent "en double exemplaire" au début du 21e siècle. Cela représente une hausse de 80 % sur 40 ans. Deux principales raisons expliquent ce phénomène : les grossesses sont entamées de plus en plus tard. Or, la probabilité d'être enceinte de jumeaux est la plus élevée autour de 30 ans.

PUB
PUB

L'autre piste, c'est le recours croissant à l'aide médicale à la procréation (AMP), qui favorise les grossesses gémellaires. Mais cette évolution n'est pas sans risque, d'après les estimations de l'Institut national d'études démographiques (Ined).

Les jumeaux sont, en effet, plus à risque de souffrir de complications lors de leur développement fœtal et de leur accouchement. Ce danger est tel le recul de la mortalité périnatale et infantile en France a été influencé. La baisse des décès a ralenti en raison du grand nombre de grossesses gémellaires.

Il existe de vrais et faux jumeaux

Mais sur ces 2 % de jumeaux, tous ne sont pas parfaitement identiques. En réalité, seuls 0.2 % d'entre eux sont de "vrais" jumeaux, c'est-à-dire monozygotes. Cela signifie qu'un seul ovule a été fécondé et que l'œuf s'est scindé en deux parties – créant chacune un embryon complet.

Sur le plan génétique, ces frères et sœurs sont strictement identiques. D'ailleurs, ils sont toujours de même sexe, et grandissent dans le même placenta. Ce qui n'est pas le cas des "faux" jumeaux – dizygotes.

Ces derniers sont le fruit de la fécondation de deux ovules par deux spermatozoïdes différents. Ils ne se développent donc pas dans la même poche placentaire. Ils peuvent être de sexe différent et ne se ressemblent pas forcément exactement.

Publié par Anne Valois, journaliste santé le Mercredi 28 Février 2018 : 15h00
La rédaction vous recommande sur Amazon :