1/3: c'est le nombre d'accidents mortels sur autoroute dus à l'hypovigilance.

A côté de l'alcool, le deuxième grand fléau sur la route est l'hypovigilance. Elle ravage surtout les jeunes et les chauffeurs routiers. En prévention, rien ne peut remplacer un petit somme.

Publicité

"Il faut s'arrêter dès les premiers signes de somnolence" est un message constamment rappelé par la sécurité routière. Pourtant les chiffres sont effrayants car 1/3 des accidents mortels sur autoroute sont dus à l'endormissement au volant. Une microseconde suffit. Mais ceci tout le monde le sait.

La dette de sommeil

Ce qui est moins connu en revanche c'est que nos faiblesses sont les mêmes face au sommeil :

- entre 2 heures et 5 heures du matin et de 13 à 15 heures notre période de somnolence est maximale. Au moindre signe, il ne faut pas lutter mais s'arrêter pour faire un vrai petit somme d'une quizaine de minutes,

Publicité
Publicité

- les grands repas nous endorment, mais aussi le sucre pris en trop grande quantité,

- la "dette de sommeil" est quasi-mathématique : toute heure de sommeil perdue dans les jours précédents se cumule avec les autres pour accélérer l'endormissement. Les jeunes sont particulièrement touchés par ce phénomène ainsi que les chauffeurs routiers.

Les somnolences pathologiques

Dans certains cas, les somnolences sont pathologiques car dues à une maladie particulière, le syndrome d'apnées du sommeil. Dans cette pathologie, les patients voient leur respiration se bloquer pendant d'assez longues périodes au cours de la nuit. Ces patients sont généralement des hommes de plus de 40 ans, plutôt en surpoids. Les symptômes qui doivent vous mettre la puce à l'oreille sont caractéristiques :

- ronflements nocturnes,

- fréquentes sensations de somnolence diurne,

- maux de tête matinaux,

- difficultés d'attention et des troubles du caractère,

- sensation de se lever fatiguer.

Des traitements sont maintenant disponibles, soit pour les assister pendant la nuit, soit pour tenter de les guérir grâce à une opération. Des consultations spécialisées existent maintenant dans la plupart des grands services de pneumologie.

Et bien entendu tout se cumule, notamment l'alcool et l'hypovigilance.

 
Mots-clés : Somnolence, Accident
Publié par Claude Friedrich - Directeur de la Publication le Samedi 22 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Mardi 30 Août 2016 : 17h41
Source : Bulletin de l'ordre des médecins - juin 2000