Thyroïde : l'art de doser les hormones thyroïdiennes

Thyroïde : l'art de doser les hormones thyroïdiennes

Les dysfonctionnements de la thyroïde sont assez fréquents. L'hypothyroïdie par exemple, entraîne des symptômes (fatigue, surpoids, cholestérol…) mais aussi parfois un risque cardiovasculaire accru. Il est donc important de déceler tout problème de thyroïde, et de savoir doser les bonnes hormones au bon moment.

Quelles sont les hormones à doser en cas de problème de thyroïde ?

Dr Catherine de Goursac : La thyroïde est une glande située à la base du cou, qui produit des hormones thyroïdiennes dénommées T3 et T4, sous le contrôle d'une autre hormone, la TSH (pour thyroid stimulating hormon), sécrétée par l'hypophyse. En France, on diagnostique classiquement les troubles de la thyroïde en dosant le taux de TSH. Pourtant, il semble parfois indispensable de mesurer les taux d'hormones T3 et/ou T4. Pourquoi ? Parce que par exemple, une diminution spécifique de l'hormone thyroïdienne T3 augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Par ailleurs, avec une même commande de TSH, on peut se retrouver avec des taux différents de T3 et de T4. Il faut savoir que la T4 se convertit classiquement en T3 (seule la T3 est active), à l'aide de plusieurs micronutriments (manganèse, sélénium, iode…). Il arrive pourtant parfois que le taux de T4 soit élevé et celui de T3 très bas car la conversion se fait mal. Ainsi, une personne légèrement carencée en manganèse ou sélénium peut avoir un taux de TSH normal et pourtant présenter une hypothyroïdie parce qu'elle n'a pas suffisamment d'hormones T3. Au final, lorsqu'un dysfonctionnement thyroïdien est suspecté, il faut réaliser un dosage de la TSH, mais il est également important de doser les vraies hormones thyroïdiennes : T3 et T4.

Quelles sont les valeurs normales du TSH lors du dosage ?

Dr Catherine de Goursac : Les normes ont beaucoup changé, mais de nombreux laboratoires ne les ont pas actualisées. Selon la Société américaine de la thyroïde (American Thyroid Society) la TSH doit être comprise entre 0 et 3,5 (et entre 0 et 2 en cas de cholestérol car l'hypothyroïdie augmente le taux de cholestérol). Or en France, les grands services d'endocrinologie exceptés, la norme retenue par la plupart des laboratoires se situe entre 0,5 et 4,5. C'est ainsi que de nombreux Français sont considérés comme « normaux » alors qu'ils sont susceptibles d'être en hypothyroïdie. Et ils souffrent de nombreux symptômes sans savoir pourquoi : fatigue très importante, excès de cholestérol, risque de diabète, de surpoids, de dépression, etc. On constate que ces signes sont très généraux et qu'ils affectent énormément de personnes…... Presque toutes les personnes qui vieillissent présentent plus ou moins ces signes. Nombre d'entre elles se retrouvent sous antidépresseurs et sous statines (contre le cholestérol) alors que des extraits thyroïdiens régleraient tous les problèmes.…

Mis à jour par Isabelle Eustache le 03/07/2013
Créé initialement par Isabelle Eustache le 25/03/2008

Sources : Entretien avec le Dr Catherine de Goursac sur les communications du congrès anti-aging (octobre 2007).

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus