Tabac : 6 millions de morts par an dans le monde

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 31 Mai 2013 : 10h27
Mis à jour le Vendredi 31 Mai 2013 : 11h28

Chaque année, le 31 mai, l’OMS et ses partenaires organisent la Journée mondiale sans tabac. A cette occasion, l’Institut de veille sanitaire (InVS) publie un rapport indiquant l’impact du tabac sur la mortalité. Avec 6 millions de morts dans le monde, « le tabac reste l’un des plus répandus et évitables des facteurs de risque de cancers et de décès par cancer ».

© Istock

Le taux de mortalité des fumeurs est multiplié jusqu’à 3

Le tabagisme, actif ou passif, tue 6 millions de personnes dans le monde, soit 6% de la population mondiale féminine et 12% de la population masculine. Le tabac est associé « de manière causale » à de nombreux types de cancers : œsophage, cavité buccale, poumon, estomac, pancréas, rein, vessie, col de l’utérus. Mais le tabac multiplie aussi par 6 le risque d’infarctus comparativement aux non-fumeurs, un risque qui augmente avec le nombre de cigarettes fumées.

Selon l’étude européenne EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and nutrition) ayant porté sur plus de 380.000 sujets âgés de 40 à 65 ans et recrutés entre 1993 et 2000 parmi dix pays européens, le taux de mortalité des fumeurs actuels est supérieur de 1,5 à 3 fois à celui des non-fumeurs. Concernant les femmes, les risques de décès associés au tabac sont plus élevés chez celles qui ont une consommation excessive d’alcool par rapport à celles qui ne boivent pas ou peu d’alcool.

La bonne nouvelle est que cette étude confirme l’impact positif de l’arrêt du tabac. En effet, les personnes qui arrêtent de fumer voient bien leurs risques diminuer et devenir semblables à ceux qui n’ont jamais fumé.

PUB

Le tabac tue un adulte sur dix dans le monde

Cette année, la Journée mondiale sera axée sur l’interdiction de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage. En effet, « il a été démontré que l’interdiction globale de la publicité faisait baisser le nombre de personnes qui commencent ou qui continuent à fumer ». De ce fait, l’interdiction de la publicité représente l’un des moyens les plus efficaces de réduire la demande de tabac et donc l’un des moyens de lutte antitabac les plus rentables.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 31 Mai 2013 : 10h27
Mis à jour le Vendredi 31 Mai 2013 : 11h28
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°20-21/2013, http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Derniers-numeros-et-archives/Archives/2013/BEH-n-20-21-2013, 28 mai 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Tabac : connaissez-vous vraiment tous les risques ?Publié le 11/09/2006 - 00h00

Le tabac est responsable chaque année du décès de 66.000 Français. Il est aussi à l'origine d'une longue liste de cancers, le cancer du poumon arrivant en tête, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires. Et pourtant, 40 % des Français à l'âge adulte fument.

Tabagisme : sauvons les jeunes femmes !Publié le 13/06/2000 - 00h00

La récente journée de mobilisation contre le tabac (31 mai) aura eu le mérite de donner la parole à tous ceux qui luttent contre ce fléau et de faire réfléchir sur les chiffres de l'épidémie.

Le petit fumeur ferait mieux d'arrêter aussi !Publié le 14/11/2005 - 00h00

Vous fumez ? Non, juste deux ou trois cigarettes par jour. Aujourd'hui encore, les personnes qui fument très peu quotidiennement, sont à peine considérées comme des fumeurs. Pourtant, les risques pour la santé existent dès une à quatre cigarettes.

Plus d'articles