Sueurs nocturnes (et sueurs froides)

Sueurs nocturnes (et sueurs froides)

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 19 Avril 2011 : 16h49
-A +A

La sudation excessive, qu'il s'agisse de sueurs nocturnes ou de sueurs froides, peut être la manifestation d'une maladie sous-jacente (elle indique que l'organisme ne va pas bien), comme elle peut être la conséquence d'un état émotionnel ou de certaines habitudes de vie.

Sueurs nocturnes (et sueurs froides) : Conseils pratiques

Si vous avez éliminé une cause pour maladie grave (cf paragraphe "Causes"), ces conseils peuvent vous aider à gérer sueurs nocturnes et sueurs froides.

Pour tous les types de sueurs :

  • Éviter les boissons alcoolisées, le café, la cigarette avant le coucher. Ceux-ci accélèrent le rythme cardiaque, élèvent la tension artérielle ainsi que la température corporelle.
  • Éviter les exercices avant le coucher. Les exercices, tout comme les saunas et les jacuzzi, juste avant de se coucher, font augmenter la température corporelle.
  • Éviter de manger avant d'aller au lit. Ne consommez surtout pas d'aliments épicés et gare aux boissons chaudes !
  • Boire beaucoup d'eau. Si vous transpirez abondamment, refaites-vous des réserves hydriques en buvant plus d'eau que d'habitude régulièrement tout au long de la journée . Prenez également un verre d'eau juste avant d'aller au lit.
  • Régler le thermostat à la baisse. Une température de 17-18°C est idéale pour bien dormir. Au besoin, utilisez un ventilateur ou un climatiseur et ne vous couvrez que d'une couverture légère.
  • Utiliser une poudre. À l'occasion, vous pouvez utiliser une poudre de corps (talc, par exemple) avant le coucher pour limiter la moiteur. Ce conseil est particulièrement utile si vous avez de la fièvre.
  • Se doucher avant de se mettre au lit. Prenez une douche à l'eau tiède ou aspergez-vous d'eau fraîche (à une température confortable, plutôt que carrément froide) afin de vous rafraîchir.
  • Prendre de l'aspirine ou du paracétamol au besoin. Si vous avez de la fièvre, comme dans le cas d'une grippe, ou si vous ressentez de la douleur, comme dans le cas d'une migraine, ces médicaments peuvent vous être utiles. Dans tous les cas, suivez la posologie indiquée par le fabricant. Les anti-inflammatoires de type ibuprofène ne sont pas recommandés puisqu'il ne s'agit pas ici de problèmes dus à une inflammation.
  • Se reposer. Si vous avez une mononucléose, un rhume ou une grippe, vous devez vous reposer, boire beaucoup d'eau et vous alimenter sainement.
  • Tenir un journal. Notez vos activités diurnes et nocturnes pendant quelque temps (environ deux semaines) pour déterminer si vos crises de sueur sont associées à des événements spécifiques. Vous pourriez éventuellement montrer ce journal à votre médecin.

Sueurs nocturnes (et sueurs froides) : Quand consulter ?

  • Vous avez des sueurs froides et ressentez un malaise général à la suite d'un effort physique intense fourni par des températures chaudes et humides (voyez un médecin de toute urgence).
  • Vous avez des sueurs froides accompagnées de douleurs thoraciques ou encore d'une chute de tension.
  • La sudation excessive perdure et votre état se détériore.
  • Vous avez déjà une maladie qui affecte votre système immunitaire, comme le sida ou un lymphome, ou vous souffrez d'anxiété.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 19 Avril 2011 : 16h49
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
A lire aussi
Fièvre Publié le 31/05/2001 - 00h00

Lorsque l'organisme combat une agression par des agents infectieux, les globules blancs sécrètent des substances pyrogènes (qui produisent de la chaleur). Celles-ci vont alors stimuler l'hypothalamus (région du cerveau qui, entre autres fonctions, règle la température interne).Il s'ensuit...

Ménopause Publié le 06/09/2001 - 00h00

La ménopause se définit comme la fin de la fonction ovarienne et se traduit par l'arrêt des menstruations.Cela signifie que la phase féconde de la vie est arrivée à son terme.Ce n'est pas une maladie : c'est un phénomène physiologique normal pour toutes les femmes.Si elle survient...

Maux de tête et céphalées Publié le 01/01/2002 - 00h00

Il existe plusieurs types de maux de tête ou céphalées :les migraines,les maux de tête musculaires (appelés céphalées de tension),les maux de tête d'origine cervicale,les maux de tête consécutifs à un traumatisme crânien... et de nombreux autres types liés à certaines maladie...

Migraine Publié le 06/09/2001 - 00h00

On distingue deux sous-groupes de maux de tête : les maux de tête primaires (céphalées primaires) et maux de tête secondaires (céphalées secondaires).Les maux de tête primaires sont le résultat de problèmes biologiques du cerveau, tandis que les maux de tête secondaires accompagnent une...

Plus d'articles