Rougeole : 50 cas déclarés dans un lycée de Carhaix

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Vendredi 16 Mars 2018 : 12h01

A Carhaix, en Bretagne, un lycée fait face à une sévère épidémie de rougeole. 50 élèves ont été contaminés par cette maladie extrêmement contagieuse.

© Adobe Stock
PUB

La rougeole continue de faire des ravages en France. Parmi les régions les plus touchées, la Bretagne. Dans un lycée de Carhaix (Finistère), c'est même l'hécatombe puisque 50 élèves ont été contaminé.e.s d'après nos confrères du Télégramme.

L'infection s'est répandue comme une traînée de poudre dans les locaux du lycée Diwan, qui compte 375 inscrit.e.s. "Il y a un gros foyer là-bas qui essaime, confirme l'Agence régionale de santé au Télégramme. La maladie est très, très contagieuse. Elle s'est propagée parmi les internes." Il faut dire qu'une seule personne contaminée suffit pour en infecter vingt autres.

L'ARS Bretagne a donc contacté les familles pour inviter chaque lycéen.ne à se vacciner. D'ordinaire administré entre 12 et 18 mois, le vaccin contre la rougeole peut faire l'objet d'un rattrapage, jusqu'à 72 heures après l'exposition à risque.

90 cas en Bretagne

Les élèves non vacciné.e.s ont également dû rester chez eux pendant trois semaines, afin de ne pas propager le virus. Une période fixée pour une raison précise. Le virus incube pendant 7 à 18 jours avant d'apparaître progressivement.

La personne malade déclare alors une rhino-pharyngite accompagnée de fièvre et de toux. Puis les boutons rouges caractéristiques se développent, d'abord sur le visage puis sur le reste du corps. Cinq jours avant et cinq jours après cette éruption, l'individu est contagieux.

Durant cette période, il est recommandé de s'isoler, porter un masque et éviter tout contact avec des personnes à risque (femmes enceintes, nourrissons, personnes âgées ou immunodéprimées). L'entourage est, de son côté, invité à vérifier qu'il est bien protégé.

Ces mesures sont nécessaires. A elle seule, la région Bretagne concentre 90 cas – sur les 913 recensés à ce jour. Elle figure parmi les zones les plus durement touchées par la rougeole. Selon l'ARS, interrogée par nos confrères du Télégramme, les cas bretons ont été provoqués par une famille qui a séjourné à Bordeaux (Gironde). Cette ville est à l'épicentre de l'épidémie.

PUB

Une épidémie d'ampleur majeure

Depuis le début de l'année, la circulation du virus de la rougeole connaît une accélération inquiétante. En seulement trois semaines, le nombre de nouveaux cas a augmenté de moitié, d'après Santé publique France. Poussant le ministère de la Santé à activer le niveau 2 du dispositif de gestion de crise.

Le lycée Diwan n'est pas isolé. Au lycée Maurice-Genevoix de Bressuire (Deux-Sèvres), près de Poitiers, un cas de rougeole s'est également déclaré, d'après La Nouvelle République.

Au dernier bilan, 913 personnes ont contracté la rougeole en métropole. La majorité des cas sont signalés en Nouvelle-Aquitaine, en PACA et en Bretagne. Au vu de la dynamique récente, la Direction générale de la Santé craint une épidémie d'ampleur similaire à celle observée entre 2008 et 2012. Elle avait touché 25 000 personnes et en avait tué une vingtaine.

A ce jour, la vaccination est le seul moyen de prévenir la rougeole. Elle nécessite deux injections, de préférence à un jeune âge. Si le schéma est incomplet, une infection peut tout de même se déclarer.

PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Plus d'articles