La rougeole : un dernier effort pour l'éradiquer

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Septembre 2000 : 02h00
-A +A
La vaccination contre la rougeole de 95% des personnes dans le monde permettrait l'éradication complète ce virus. Aux Etats-Unis, on s'en rapproche, mais en France, la vaccination ne touche encore que 83% de la population. Un petit effort supplémentaire est attendu pour faire disparaître le virus.

La rougeole est une maladie infectieuse et contagieuse qui touche les jeunes enfants. En France, le calendrier vaccinal devrait permettre une vaccination assez large pour endiguer définitivement ce virus. Hélas, ce n'est pas encore le cas. La France piétine depuis une dizaine d'années, elle n'arrive pas à dépasser les 80-83% de personnes vaccinées.

Une maladie contagieuse bénigne dans certains pays, gravissime dans d'autres

Elle se transmet par un virus qui pénètre par les voies respiratoires ou par les yeux. En raison de la contagion, elle oblige l'enfant qui présente des boutons rouges ou aplats sur le corps à ne pas quitter sa chambre durant tout le temps de la maladie. Cette affection n'est souvent pas grave dans les pays industrialisés. Sans traitement, cette maladie est généralement bénigne. Elle peut néanmoins entraîner des complications rares mais sévères : otites, laryngites, bronchopneumonies, convulsions et plus rarement des méningites ou encéphalites. En revanche, dans d'autres pays, cette maladie peut être très grave. Elle est responsable d'un million de morts par an dans le monde et touche essentiellement les enfants dénutris.

La vaccination

Elle est réalisée chez l'enfant à partir de douze mois (entre 1 et 2 ans) et est généralement associée aux vaccins contre les oreillons et la rubéole. La vaccination immunise 97% des enfants. Un rappel (une deuxième injection) est réalisé entre les âges de trois et six ans. Pour les enfants qui n'ont pas été vaccinés un rattrapage est effectué entre 11 et 13 ans. La vaccination est avancée à neuf mois lorsque le bébé va à la crèche avec un rappel six mois plus tard.Ce vaccin est fabriqué avec des virus vivants atténués. Il peut donc provoquer une réaction bénigne. Il est contre-indiqué en cours de grossesse, du fait d'un risque potentiel de transmission du virus au futur bébé. La non vaccination ou la vaccination incomplète (sans rappel) des enfants induit un glissement de la maladie vers des âges plus avancés, voire même chez l'adulte, chez qui elle peut de venir plus sévère.

Les arguments en faveurs d'une vaccination très large des enfants contre la rougeole sont simples et sont au nombre de trois : 1- les risques élevés de morbidité et mortalité dans le monde, 2- ce virus n'a pas d'autre hôte que les humains et 3- nous disposons de vaccins efficaces pour endiguer cette maladie. Cette situation n'est pas sans rappeler celle qui permit d'éradiquer la variole dans les années 70. Nous avons donc les arguments et les moyens, à nous de les appliquer. Une campagne de mobilisation en faveur du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin gratuit) vient d'être lancée. A propos, vos enfants sont-ils vaccinés ? Ont-ils reçu leur rappel ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Septembre 2000 : 02h00
Source : Le figaro, lundi 18 septembre 2000
A lire aussi
Oreillons : une éradication pour demain ? Publié le 16/10/2000 - 00h00

Cette année, en Amériques, moins de 1.000 cas d'oreillons ont été enregistrés, prélude à l'éradication complète de cette maladie sur ce continent. Qu'en est-il en France ?

Le vaccin contre la varicelle est arrivé ! Publié le 10/11/2004 - 00h00

La varicelle, maladie infantile la plus contagieuse, est bénigne dans 95% des cas. Cependant, elle peut parfois se révéler redoutable, voire fatale. Après une expérimentation très concluante aux Etats-Unis, le vaccin contre la varicelle est désormais disponible dans les pharmacies...

Plus d'articles