La rougeole continue de progresser en France

Publié par Hopital.fr le Vendredi 23 Juillet 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 26 Juillet 2010 : 02h00
-A +A
D'après l'Institut de veille sanitaire (InVS), l'épidémie de rougeole, qui sévit en France depuis 2008, s'est intensifiée en début d'année 2010. Plus de 2 000 cas ont ainsi été recensés sur les cinq premiers mois de l'année.

Rougeole : se vacciner contre la rougeole

Les données de déclaration obligatoire de la rougeole communiquées par l'InVS (bilan provisoire au 31 mai 2010) témoignent d'une recrudescence de la maladie en France. Entre le 1er janvier 2008 et le 31 mai 2010, 4 120 cas de rougeole ont été déclarés et la circulation du virus s'est intensifiée en début d'année avec près de 2 000 cas recensés. La rougeole est redevenue une maladie à déclaration obligatoire en 2005 et son éradication en 2010 est l'un des buts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour cela, l'objectif de couverture vaccinale a été fixé à 95 % à l'âge de deux ans. Mais le taux de vaccination actuel en France n'excède pas 90 %. La majorité des cas groupés enregistrés sont survenus en milieu scolaire et parmi des étudiants ou des gens du voyage. "Ces foyers endémiques sont la conséquence d'un niveau insuffisant et hétérogène de la couverture vaccinale en France, l'accumulation progressive de sujets non immunisés conduisant à des poches de sujets réceptifs au virus" explique l'InVS. Aussi ce dernier recommande-t-il de renforcer les activités de vaccination auprès des jeunes enfants et de lancer un programme de rattrapage pour les adolescents et les jeunes adultes. L'âge médian des cas déclarés depuis le début de l'année est en effet de 15 ans, mais la proportion des plus de 20 ans atteint 38 %. Entre janvier et mai 2010, le statut vaccinal de 1 604 malades a pu être renseigné avec précision : 82,5 % n'étaient pas vaccinés et 13 % avaient reçu qu'une seule des deux doses nécessaires. Les quatre régions les plus touchées, sur les cinq premiers mois de l'année, sont l'Ile-de-France, les Pays de la Loire, la région Midi-Pyrénées et le Centre.

La gravité de la maladie justifie l'alerte lancée par l'InVS. La rougeole est en effet une infection virale dont les complications neurologiques ou pulmonaires sont sévères dans 5 à 10 % des cas. Chez les nourrissons de moins d'un an, le taux d'hospitalisation atteint ainsi 41 %. "Cette situation souligne l'importance des recommandations vaccinales dès 9 mois et le niveau d'immunité insuffisant des jeunes adultes", rappelle l'InVS. Une mise en garde d'autant plus nécessaire avec l'arrivée de l'été : l'Institut craint que la période estivale ne favorise la transmission du virus, notamment en colonies de vacances ou lors de voyages à l'étranger.

Publié par Hopital.fr le Vendredi 23 Juillet 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 26 Juillet 2010 : 02h00
A lire aussi
Envolée épidémique de rougeole en France Publié le 05/11/2010 - 13h20

Alors que la politique française d’éradication de la rougeole avait pour horizon 2010, on assiste inversement à une intensification de l’épidémie de rougeole. Explications et conséquences.

Supporters du mondial : faites-vous vacciner contre la rougeole ! Publié le 06/06/2006 - 00h00

Avant de partir en Allemagne, les supporters du mondial de foot 2006 devraient jeter un coup d'œil à leur carnet de santé afin de vérifier leur état vaccinal contre la rougeole. En effet, l'ouest de l'Allemagne est sujet à une épidémie de rougeole. Bénigne chez l'enfant, cette maladie...

Les Français boudent toujours les vaccins Publié le 22/11/2012 - 05h41

Le rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS) sur l’état des lieux de la couverture vaccinale en France montre que les objectifs ne sont toujours pas atteints.Autrement dit, la couverture vaccinale des Français est encore insuffisante, particulièrement vis-à-vis de certaines maladies...

Alerte à la rougeole Publié le 07/01/2004 - 00h00

Le taux de couverture vaccinale contre la rougeole n'a pas atteint l'objectif optimal des 95%. Il reste insuffisant et stagne aux environs des 85%, en allant de 60 à 93% selon les départements. Comme on pouvait s'y attendre, des foyers épidémiques se sont développés.

Plus d'articles