Reblochons contaminés : quels sont les risques pour les enfants ?

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Lundi 14 Mai 2018 : 12h28
Mis à jour le Lundi 14 Mai 2018 : 14h55

Tous les reblochons d'une marque notamment vendue chez E. Leclerc ont été rappelés à cause d'une contamination par un colibacille, E. coli. La souche repérée est particulièrement virulente et peut provoquer des troubles sévères.

© Adobe Stock
PUB

C'est un rappel qui fait froid dans le dos. Ce 11 mai, les magasins E. Leclerc ont rappelé l'ensemble des reblochons AOP au lait cru de marque "Nos régions ont du talent" ainsi que toutes les autres références produites par la fromagerie Chabert (Reflets de France, Itinéraire des Saveurs, Chabert). En cause, la contamination de plusieurs fromages par une bactérie courante, E. coli.

Mais la souche de ce colibacille est plus virulente qu'à l'ordinaire. Selon le ministère de la Santé, on peut déjà dénombrer sept victimes, toutes âgées d'un an et demi à trois ans. Sur ces malades, six ont développé une complication sévère : le syndrome hémolytique et urémique.

Les vaisseaux sanguins abîmés

La souche en question (026) est connue pour être plus vilaine que les autres. Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), "quelques bactéries peuvent suffire à déclencher l'infection". Les symptômes apparaissent 3 à 8 jours après celle-ci.

L'ampleur des manifestations est alors très variable. Comme d'habitude, E. coli est responsable de diarrhées. Mais des formes plus graves peuvent survenir avec cette souche, surtout chez les jeunes enfants. C'est dû à une toxine qui aggrave les symptômes de l'infection.

Ces toxines "abîment les petits vaisseaux sanguins, ce qui aboutit, en plus de diarrhées sanglantes, à une insuffisance rénale et à une destruction des globules rouges et des plaquettes qui servent à coaguler le sang", explique le pédiatre Robert Cohen au Parisien.

PUB

Une centaine de cas par an

Les enfants souffrent alors de problèmes de coagulation sanguine, d'hypertension artérielle en plus des colites hémorragiques. Plus grave, un syndrome hémolytique et urémique peut se produire, dans 10 % des cas selon l'Institut Pasteur. Il se caractérise par une anémie et une insuffisance rénale aiguë. Des complications neurologiques peuvent aussi se produire.

Face à ce syndrome, le seul traitement possible est la combinaison de dialyses et de transfusions sanguines. Il serait mortel dans 3 à 5 % des cas. Ce type de complication reste, heureusement, assez rare. "Une centaine de cas pédiatriques sont signalés chaque année en France" depuis 1996, estime le ministère de la Santé.

Le syndrome hémolytique et urémique reste tout de même la principale cause d'insuffisance rénale chez les enfants de moins de 3 ans. Il est possible de l'éviter en respectant les règles d'hygiène habituelles : se laver les mains, nettoyer à grande eau les fruits et légumes, ne pas servir de lait cru aux jeunes enfants…

Ces mesures de prudence sont d'autant plus importantes que le recours aux antibiotiques est vivement déconseillé en présence de l'E. coli 026. Cela risque d'aggraver la situation.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Lundi 14 Mai 2018 : 12h28
Mis à jour le Lundi 14 Mai 2018 : 14h55
PUB
PUB
A lire aussi
Plus d'articles