Migraine

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 25 Octobre 2013 : 17h09
-A +A

On distingue deux sous-groupes de maux de tête : les maux de tête primaires (céphalées primaires) et maux de tête secondaires (céphalées secondaires).

Les maux de tête primaires sont le résultat de problèmes biologiques du cerveau, tandis que les maux de tête secondaires accompagnent une maladie sous-jacente, comme une tumeur cérébrale, un anévrisme, une méningite et autres.

Migraine : Comprendre

Parmi les maux de tête primaires, on distingue le mal de tête "ordinaire" (médicalement appelé céphalée de tension) et la migraine.

Femmes migraineuses

Plus de femmes que d’hommes expérimentent la migraine. Cette dernière touche quelque 18 % de la population et trois fois plus de femmes que d'hommes (à cause des fluctuations d'hormones oestrogéniques et des prostaglandines).

Migraine chronique

Dans plus de 90 % des cas, la migraine est chronique. Elle débute à l'adolescence et tend à disparaître naturellement après la cinquantaine, bien qu'on puisse encore en souffrir à 80 ans. Il faut aussi savoir que la migraine peut parfois toucher les enfants.

Crises de migraine

Même si la fréquence de survenue d'une migraine est variable selon les individus et que les périodes de rémission peuvent être très longues, la plupart des migraineux ont de une à six crises par mois. C'est beaucoup, d'autant que la migraine est le type de céphalée le plus douloureux. En effet, une migraine peut rendre malade au point d'empêcher la personne atteinte de poursuivre ses activités normales.

La migraine se manifeste en quatre étapes (qui ne sont pas toujours toutes ressenties par les migraineux) :

1) La phase prémonitoire de la migraine (ou prodrome, vécue par 60 % des migraineux)

  • fringales sucrées ;
  • bâillements répétitifs ;
  • fébrilité ;
  • très grande fatigue ou, au contraire, insomnie ;
  • débute 24 heures avant l'apparition de la douleur.

2) La phase avec aura (touche environ 15 % des gens)

  • troubles visuels (halos de couleur, taches brillantes ou noires, diminution de la vision) ;
  • picotements sur la joue, la langue, les lèvres et/ou la main ;
  • difficulté d'expression de la pensée ou d'articulation ;
  • manque de force dans les bras ou les jambes ;
  • apparaît cinq minutes à une heure avant la douleur.

3) La phase douloureuse

  • douleur de la tête (partout ou en un point bien précis), de modérée à très intense ;
  • douleur parfois intolérable au point d'obliger à s'isoler et à ne pas bouger ;
  • pulsations (impression d'entendre battre son cœur dans sa tête) ou martèlement (impression de coups dans le crâne) lors d'efforts ou de changement de position ;
  • nausées, parfois accompagnées de vomissements ;
  • intolérance au bruit, à la lumière ou aux odeurs ;
  • en l’absence de traitement, peut durer deux heures chez les enfants et adolescents, et de quatre heures à trois jours chez les adultes.

4) La phase "post-ictale" (phase du lendemain, vécue par tous les migraineux, mais à divers degrés d'intensité)

  • fatigue ;
  • ou, au contraire, impression d'aller beaucoup mieux, de "ressusciter" (très rare).

Migraine : Causes

Grâce aux techniques d’imagerie modernes (scanner cérébral notamment), on sait que la migraine résulte d'un désordre chimique, électrique et vasculaire cérébral, qui entraîne une hyperexcitabilité du cerveau et une hyperperception des sens (yeux, nez, peau, oreilles, émotions).

Le cerveau migraineux est donc un cerveau qui est trop excité par certains stimuli, ce qui déclenche une crise. La douleur de la migraine implique des médiateurs chimiques.

Il existe une composante génétique dans la migraine.

De nombreux facteurs peuvent déclencher la survenue d’une crise de migraine :

  • facteurs psycho-émotionnels (stress quotidien ou lié à un événement, anxiété),
  • habitudes de vie (sommeil irrégulier, emploi du temps surchargé, etc.),
  • facteurs environnementaux (humidité, chaleur, changements brusques de température),
  • efforts physiques ou intellectuels,
  • certains aliments.

Les fluctuations hormonales

Chez la femme, les fluctuations hormonales sont susceptibles de déclencher une crise de migraine : puberté, ovulation, menstruations, grossesse, accouchement, problèmes post-partum, préménopause, endométriose.

Des migraines peuvent aussi se manifester au cours des premières semaines qui suivent une prise de contraceptifs oraux ou d'hormones de substitution (hormonothérapie de la ménopause).

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 25 Octobre 2013 : 17h09
Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001. Ameli-sante.fr, http://www.ameli-sante.fr/migraines/les-soins-en-cas-de-migraine.html.
Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l’adulte et chez l’enfant : aspects cliniques et économiques, Synthèse des recommandations, HAS.
A lire aussi
Mal de tête : reconnaître une migraine chez les ados Publié le 24/06/2015 - 14h50

Les ados aussi peuvent souffrir d’une migraine ou d’une céphalée de tension. Comment les reconnaître ? Comment traiter les crises et surtout comment les éviter ? Petite revue sur la migraine à destination des ados mais aussi des parents pour qu’ils puissent les aider à surmonter cette...

Maux de tête et céphalées Publié le 01/01/2002 - 00h00

Il existe plusieurs types de maux de tête ou céphalées :les migraines,les maux de tête musculaires (appelés céphalées de tension),les maux de tête d'origine cervicale,les maux de tête consécutifs à un traumatisme crânien... et de nombreux autres types liés à certaines maladie...

Maux de tête rebelles, les bonnes questions à se poser Publié le 02/05/2017 - 08h50

Lorsque les maux de tête -migraines et céphalées- s’installent, entêtants, et que la prise d’antidouleurs n’y fait plus rien, il est temps d’agir. Comment retrouver une qualité de vie ? Les conseils du Pr Lanteri-Minet, chef de service du Département d’Evaluation et Traitement de la...

Un test en 3 questions pour dépister les migraineux Publié le 06/05/2015 - 16h23

La migraine est une vraie maladie. Invalidante, elle peut être soignée autrement que par l’automédication à outrance qui peut mener à des complications par abus médicamenteux. Or 80 % des 10 millions de migraineux ne se soignent pas, faute d’avoir été diagnostiqués. Pour remédier à...

Plus d'articles