Maladie de Crohn : sevrage tabagique impératif !

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 04 Mai 2001 : 02h00
-A +A
Le tabac est un facteur favorisant la maladie de Crohn : il double le risque de développer cette affection et accentue sa gravité. L'intérêt du sevrage tabagique vient d'être démontré, notamment pour ralentir l'évolution de cette pathologie, que l'on ne sait pas encore guérir définitivement.

La maladie de Crohn : pas de guérison définitive

Elle se traduit par une inflammation chronique de la dernière partie de l'intestin grêle et du côlon, entraînant des lésions de la paroi intestinale et des abcès. Ses causes restent mal connues. Cette affection se manifeste principalement par des douleurs abdominales, une diarrhée et de la fièvre, provoquant un amaigrissement du patient. Evoluant par poussées suivies de rémissions spontanées, elle apparaît le plus souvent entre 20 et 30 ans, plus rarement après la cinquantaine. Les traitements actuels permettent d'écourter les crises et de reculer les récidives, sans toutefois obtenir de guérison définitive. Grâce aux travaux de recherche en cours, de nouveaux médicaments plus efficaces pourraient bientôt voir le jour. Quant au pronostic, il s'améliore avec les nouvelles découvertes, mais est détérioré par le tabagisme.

Le tabagisme, cet ennemi

Le tabac est connu pour doubler le risque de maladie de Crohn. Les résultats d'une étude confirment qu'il aggrave également son évolution, notamment chez les femmes. Plus de 470 sujets porteurs de cette affection, fumeurs ou non, ainsi que 59 patients sevrés depuis un an ont été recrutés. Au terme des 29 mois de suivi, l'analyse démontre que l'arrêt d'un tabagisme offre un risque moindre de flambée de la maladie, comparable au non-fumeur. La nécessité d'un traitement médicamenteux (corticoïdes et thérapeutiques immunosuppressives) est conservée, mais dans des proportions bien moindres par rapport à un sujet fumeur. Les conclusions de cette analyse valident sans équivoque l'encouragement quotidien au sevrage de ces patients.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 04 Mai 2001 : 02h00
Source : Gendre, Gastroenterology, avril 2001.
A lire aussi
Le petit fumeur ferait mieux d'arrêter aussi ! Publié le 14/11/2005 - 00h00

Vous fumez ? Non, juste deux ou trois cigarettes par jour. Aujourd'hui encore, les personnes qui fument très peu quotidiennement, sont à peine considérées comme des fumeurs. Pourtant, les risques pour la santé existent dès une à quatre cigarettes.

BPCO : une urgence qui menace aussi les femmes Publié le 18/11/2015 - 08h58

210 millions de personnes dans le monde sont atteintes d’une BPCO, initiales de bronchopneumopathie chronique obstructive, une maladie très souvent dépistée trop tardivement, pouvant mener à l’insuffisance respiratoire. Cette Journée mondiale de la BPCO est l’occasion de sensibiliser sur...

De l'aspirine en cas d'insuffisance coronarienne Publié le 21/12/2001 - 00h00

L'aspirine, par ses propriétés anticoagulantes, est capable de prévenir la formation d'un thrombus (caillot sanguin) dans les coronaires et donc de réduire le risque d'accidents cardiaques. Ainsi, en cas d'insuffisance coronarienne suspectée ou avérée, votre médecin peut être amené à vous...

Quel est votre risque de cancer du poumon ? Publié le 21/01/2013 - 09h53

Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier. Avec 21.000 décès en 2011, il représente la première cause de mortalité par cancer chez l’homme (8.100 chez la femme).Si le tabagisme représente le facteur de risque numéro un, il existe de nombreux autres facteurs qui contribuent à...

Plus d'articles