Maladie d'Alzheimer : que faire quand le malade déambule ?

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Mercredi 27 Novembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 17h46
-A +A
Considérée comme un trouble du comportement lié à la maladie d'Alzheimer ou à certaines pathologies apparentées, la déambulation, ou errance, est souvent mal tolérée par l'entourage. Les allées et venues incessantes d'un malade désorienté dans son espace de vie, sont à l'origine de bon nombre de sueurs froides : chutes, fugues, etc. Pour ne pas s'épuiser, voici quelques conseils pratiques.

De quoi s'agit-il ?

L'errance est un problème particulièrement fréquent dans la maladie d'Alzheimer, mais existe aussi dans certains autres types de démences. Que la déambulation soit motivée par un but ou non, elle concerne 65% des malades hébergés en institution et 36% des patients vivant à leur domicile.

La perte des fonctions intellectuelles est responsable d'une multitude de disfonctionnements. Le sens de l'orientation dans le temps et dans l'espace est touché immanquablement au fur et à mesure que la maladie progresse : la « boussole » flanche. L'ennui, c'est que le poste de pilotage est très perturbé lui aussi… Le désir de se déplacer est alors motivé par des impulsions (rendre visite à un proche, sentiment d'insécurité, ennui…), souvent inconnues de l'entourage et régulièrement oubliées par le malade lui-même.

La menace est alors élevée de s'égarer (parfois à deux pas de sa maison), ou de se retrouver en situation inadéquate : sortir sans être vêtu correctement, faire ses courses à minuit, etc.

Quels sont les risques ?

Les chutes, les « fugues »… Probables dans un environnement habituel, elles deviennent presque incontournables lors de la perte des repères familiers du malade. Ainsi, des vacances ou une hospitalisation, perturbent et surtout angoissent. Et comme l'angoisse aggrave beaucoup la déambulation, elle potentialise encore les risques.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Mercredi 27 Novembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 17h46
Source : Logsdon R.G. La déambulation chez les sujets avec la maladie d'Alzheimer vivant à domicile. Maladie d'Alzheimer, recherche et pratique clinique. Serdi Edition, 124-30, 2000.
A lire aussi
Personnes âgées : rester à domicile Publié le 18/01/2008 - 00h00

Les solutions intermédiaires pour les personnes âgées entre le domicile et l'institution sont appelées à se développer car elles répondent à un véritable besoin de la population. Elles sont désormais reconnues par la loi.

Ces animaux qui nous font du bien Publié le 20/12/2016 - 15h51

Aujourd’hui, en France 1,5 millions de personnes, dont de nombreux enfants souffrant de maladies neuromusculaires, ont de grandes difficultés d’autonomie. Plus de 2 millions de personnes déclarent une atteinte visuelle. Pour beaucoup d’entre elles la vie pourrait changer grâce à un chien...

Plus d'articles