Etre diabétique et vivre pleinement ses rêves, c'est possible !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 24 Décembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 13h46
-A +A
Public, patients et soignants perçoivent souvent le diabète comme un handicap. Ce n'est cependant pas le cas de tout le monde, comme le démontre l'expédition de 5 patients visant à rejoindre le Pôle Nord en skis et en totale autonomie.

Après le marathon de New York en 1995, le sommet du Kilimandjaro l'année suivante et le tour de France en 1998, l'équipe des diabétiques entraînée par le Dr Saïd Bekka (diabétologue) ne cessera de nous étonner. Il s'agit cette fois, d'un défit encore plus extrême réalisé en 2002 : rejoindre à ski en autonomie complète le Pôle Nord.

Cette expédition, qui contribue à lutter contre le fatalisme et l'accablement que peuvent ressentir les patients et leur entourage, a été réalisée par une équipe de diabétiques, deux femmes et trois hommes, dont 4 insulinodépendants, âgés de 35 à 50 ans. Accompagnés par 2 médecins, dont leur diabétologue (le Dr Saïd Bekka), cette épreuve a duré quinze jours. Les participants ont tout d'abord été confrontés aux premiers grands froids (-20°C) lors d'un court séjour au Spitzberg, puis transférés sur la banquise jusqu'à la base polaire « Barnéo », avant d'être déposés par hélicoptère à 70 km du Pôle Nord géographique.

Dans des conditions climatiques particulièrement difficiles (-37°C à –40°C), les dépenses énergétiques ont été considérables. De plus, les journées de marche étaient d'environ 6 à 7 heures, avec pour matériel, un traîneau de 35 à 45 kg. Malgré toutes ces difficultés, auxquelles s'ajoutent la complication des gestes techniques habituels (glycémies capillaires, injections d'insuline…), aucun incident n'a été déploré, excepté quelques épisodes d'hypoglycémie sans incidence. En moyenne, les patients ont perdu 2 kg et les doses d'insuline ont la plupart du temps été diminuées. L'équilibre glycémique a été optimisé.

Au final, avec six mois de préparation intensive, un entraînement physique adéquat, une bonne maîtrise du diabète, le choix d'un matériel adapté et bien sûr, un moral d'acier, l'équipe au complet a réalisé son objectif en atteignant le pôle et en rencontrant Jean-Louis Etienne.

Cette expédition démontre toute l'importance de bien prendre en charge son diabète, afin que finalement la maladie s'adapte au mode de vie du patient et non l'inverse. Un très beau défit sportif et une bien belle leçon d'optimisme !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 24 Décembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 13h46
Source : Des diabétiques en arctique, La lettre faxée de diabétologie, n°335, 10 mai 2002.
A lire aussi
Vivre normalement avec du diabète Publié le 25/11/2012 - 23h00

On compte en France 3 millions de diabétiques et des centaines de milliers qui s’ignorent.Gérer et surveiller sa maladie et vivre avec au quotidien est aujourd’hui plus facile.

Grossesse : le diabète gestationnel n'est plus exceptionnel Publié le 05/12/2005 - 00h00

Le diabète gestationnel correspond à un trouble de la tolérance des glucides se manifestant durant la seconde moitié de la grossesse. Il témoigne d'un sur-risque ultérieur de diabète de type 2. Depuis la généralisation du dépistage, sa prévalence a augmenté : aujourd'hui, près de 6% des...

Diabète : sur la piste d'une insuline inhalée Publié le 26/02/2001 - 00h00

Le traitement d'un diabète de type 1 est particulièrement contraignant car il nécessite plusieurs injections quotidiennes d'insuline. Dans le but de contourner ces inconvénients, différentes voies d'administration ont été étudiées, dont une forme d'insuline à inhaler. ...

Plus d'articles