Dilatation de la pupille

Les symptômes liés à la dilatation anormale de la pupille sont les suivants :

  • vision trouble de près ;

  • sensibilité ou éblouissement à la lumière, la pupille se contractant peu ou pas à la lumière ;

  • diplopie (vision double) s'accompagnant de douleur et parfois d'un affaissement de la paupière (paupière tombante). Ces derniers symptômes peuvent indiquer un trouble neurologique grave.

Dilatation de la pupille dans les deux yeux

  • certains médicaments, tels que les gouttes utilisées pour "blanchir" les yeux et de nombreux produits à base d'atropine ou de belladone sous forme de comprimés, de gouttes ophtalmiques pour traiter certaines maladies de l'œil ou de timbres transdermiques (patch) contre le mal des transports ou les nausées ;

  • contact de certaines plantes toxiques ;

  • certaines drogues, telles que la marijuana et la cocaïne.

Dilatation de la pupille dans un seul œil

  • origine génétique. Les deux pupilles sont de taille différente à la naissance. Ce phénomène, appelé "anisocorie", touche 10 % de la population ; aucun symptôme n'y est associé et il n'est nullement inquiétant ;

  • migraine liée à une douleur oculaire ;

  • crise de glaucome, accompagnée de douleur et de rougeur à l'œil, d'une vision trouble et de nausées et de vomissements ;

  • syndrome d'Adie. C'est une affection, souvent associée à une atteinte virale ou faisant partie d'un syndrome neurologique, dans laquelle l'une des pupilles, anormalement dilatée, se contracte plus lentement à la lumière que l'autre. Cela entraîne une vision trouble de près et un éblouissement à la lumière ;

  • atteinte neurologique (cas rares), telle que l'atteinte d'un nerf crânien, une malformation vasculaire (anévrisme) ou la présence d'une tumeur.
  • Se rendre aux urgences.
    Si vous avez une pupille plus dilatée que l'autre accompagnée soit de rougeur à l'œil, soit de maux de tête inhabituels, voyez un médecin sur-le-champ. Il peut s'agir, dans le premier cas, d'une crise de glaucome et, dans le second cas, d'un anévrisme d'une artère du cerveau. Une intervention médicale rapide peut sauver votre œil et même votre vie.

  • Ne pas tarder à consulter sous prétexte que "ça va passer".
    Surtout si votre œil ou les deux yeux sont douloureux et rouges et que votre vision est trouble.

  • Ne jamais utiliser de gouttes à base de pilocarpine ou l'un de ses substituts sans avoir consulté un médecin.
    Ces médicaments, souvent utilisés pour traiter le glaucome, agissent en contractant la pupille. Toutefois, leur utilisation est risquée, car elle pourrait masquer une affection extrêmement grave. Ne les utilisez jamais sans prescription ni sans avoir consulté un ophtalmologiste.

  • Apporter des photos chez le médecin.
    Choisissez quelques photos de vous en gros plan prises au cours des 10 dernières années. Elles permettront aux médecins de vérifier si la dilatation de l'une ou des deux pupilles est récente.

  • Faire vérifier ses médicaments.
    Si vos deux pupilles sont dilatées depuis plus d'une journée, votre médecin devrait être en mesure d'identifier lequel de vos médicaments entraîne ce problème. Outre les médicaments prescrits sur ordonnance, parlez-lui des médicaments en vente libre et des gouttes pour les yeux que vous utilisez, y compris les gouttes pour "blanchir" les yeux.
  • Vous ressentez une douleur.

  • Vous voyez double.

  • Vous avez une paupière tombante.

  • Votre œil ou vos deux yeux sont rouges.

  • Vous avez mis des gouttes ou pris des médicaments. Dans ce cas, attendez une semaine avant de consulter un médecin, à moins d'éprouver l'un des quatre symptômes mentionnés ci-dessus. La dilatation des deux pupilles causée par ces produits peut durer plusieurs jours et n'est pas grave.
  • L'ophtalmologiste utilisera différentes lumières pour vérifier les réflexes de la pupille, si l'œil bouge normalement et s'il est rouge.
  • Il demandera au patient s'il a pu être en contact avec certaines plantes toxiques.
  • Il évaluera la vision du patient en lui faisant lire certains textes.

Si nécessaire, il demandera des examens radiologiques.

  • Médicaments.
    Le patient devra éventuellement cesser de les utiliser.
    Le médecin proposera alors d'autres médicaments de remplacement.

  • Contact de certaines plantes toxiques.
    Dans ce cas, la dilatation est sans gravité et disparaîtra d'elle-même après un certain temps.

  • Migraine.
    Le traitement comprend des changements de mode de vie et la prise d'analgésiques ou de médicaments de type "triptans".
    La pupille revient à la normale après la crise migraineuse.

  • Crise de glaucome.
    Le traitement au laser et l'utilisation de gouttes ophtalmiques constituent les seuls traitements.
    En l'absence de traitement, la crise de glaucome peut entraîner une perte de vision irréversible de l'œil atteint.

  • Syndrome d'Adie.
    Il n'existe aucun traitement spécifique dans ce cas.
    Parfois, les symptômes s'estompent avec le temps.

  • Atteinte neurologique.
    Généralement, une intervention chirurgicale doit être pratiquée afin de corriger l'anomalie vasculaire ou d'enlever la tumeur.
publié initialement le 31/05/2001 - 02h00 et mise à jour par Dr Philippe Presles le 26/03/2014 - 17h47

Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le daltonisme : des chromosomes et des couleurs Publié le 02/10/2015 - 13h12

C'est la plus fréquente des dyschromatopsies, et la plus connue aussi. Ces pathologies oculaires sont caractérisées par un trouble de la perception et de la différenciation des couleurs lié à un déficit souvent génétique de certaines cellules rétinie...

Le tabac détruit vos yeux Publié le 02/10/2015 - 12h57

Plus le nombre de cigarettes fumées est important, plus la vue est altérée. Cette relation est vraie pour nombre de troubles de la vue, et particulièrement pour la dégénérescence maculaire liée à l'âge, qui est 3 à 4 fois plus élevée chez les fumeurs...

Plus d'articles