Diabète : 2 médicaments suspendus

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 10 Juin 2011 : 11h31
Mis à jour le Mardi 14 Juin 2011 : 10h25

Actos® et Competact®sont deux médicaments prescrits en deuxième intention aux patients diabétiques de type 2. Une étude de la CNAMTS vient de confirmer que ces antidiabétiques augmentent faiblement le risque de cancer de la vessie. En conséquence, le rapport bénéfice / risque n’est plus favorable, d’où la décision de retrait de ces deux médicaments.

Actos® et Competact® : une molécule commune, la pioglitazone

Actos® et Competact® appartiennent à la même famille, tous deux ayant pour principe actif la molécule pioglitazone. Ils sont sur le marché Européen depuis 2002. Mais dès 2006,ils ont été suspectés d’augmenter le risque de cancer de la vessie. Afin de trancher, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a demandé à la Cnamts de mener une enquête. Les résultats montrent que le risque de cancer de la vessie chez les patients diabétiques augmente de 22%. Autrement dit, le rapport bénéfice / risque pour ces deux médicaments n’est plus favorable. Leur retrait du marché vient d’être voté avec 25 voix pour et une abstention.

PUB

Recommandations aux patients prenant Actos® et Competact®

L’Afssaps demande bien évidemment aux médecins de ne plus prescrire ces médicaments. Quant aux patients, elle leur recommande expressément de ne pas interrompre seuls leur traitement mais de consulter leur médecin afin de modifier leur prise en charge de façon adaptée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 10 Juin 2011 : 11h31
Mis à jour le Mardi 14 Juin 2011 : 10h25
Source : Communiqué de presse de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 9 juin 2011.
PUB
PUB
A lire aussi
L'AMM : le chemin de croix du médicamentPublié le 04/12/2000 - 00h00

Aujourd'hui, dix ans sont nécessaires entre la découverte d'un médicament et sa mise à disposition du corps médical. Pendant ce temps, le candidat médicament doit faire ses preuves (innocuité, efficacité, tolérance, posologie, etc.), pour enfin obtenir son « AMM », abréviations pour...

Encore des médicaments dangereux…Publié le 05/01/2011 - 14h40

Après l’affaire du Médiator, la revue Prescrire continue ses alertes sur la dangerosité de certains médicaments, lesquels peuvent aussi entraîner des effets indésirables très graves. Prescrire demande purement et simplement le retrait de deux produits dangereux et de surcroît sans...

Plus d'articles