Vivre avec une douleur chronique...

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 14 Novembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 26 Octobre 2015 : 11h14

Souffrir d’une douleur, ce n’est pas toujours si grave, quand on sait que cela va passer.

Mais quand la douleur dure, la personne atteinte endure une vraie souffrance qui la mine.

Pourtant, il faut continuer à vivre avec. Comment faire ?

© Istock

C’est quoi une douleur chronique ? Définition…

La douleur est une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion » (1).

La douleur est donc définie par la personne qui en est atteinte. Personne n'a donc le droit de dire « non, vous n’avez pas mal ! »

Toutes les douleurs sont de vraies douleurs.

La douleur est dite chronique lorsqu'elle persiste au-delà de ce qui est habituel pour la cause présumée, soit plus de 6 mois en général, quand elle répond insuffisamment au traitement, ou entraîne une détérioration significative et progressive des capacités fonctionnelles et relationnelles de la personne qui souffre. On estime que quasiment 20 % de la population souffre de douleurs chroniques, soit une personne sur 5.

Détecter l’origine de la douleur

La douleur a forcément une origine.

La première réaction à avoir, quand on souffre de douleur chronique, c’est bien sûr de trouver cette origine afin d’avoir plus de chances d’être soulagé(e).

Ici, un centre de la douleur peut beaucoup aider si votre médecin traitant ne semble pas parvenir à vous soulager suffisamment. Pourquoi ? Parce que la cause la plus évidente n’est pas forcément la bonne.

Prenons un exemple fréquent : une douleur du dos n’est pas forcément due à une hernie discale (quand le disque déborde et appuie sur les nerfs). Parfois, même s’il y a eu une hernie, la personne qui souffreprend par réflexe et de manière inconsciente, une posture visant à diminuer la douleur. Si cette posture devient chronique, elle peut entraîner une douleur.

Le rhumatologue peut ne pas en avoir conscience et continuer à soigner une hernie quand une kinésithérapie serait plus adaptée.

Les médecins des centres de traitement de la douleur sont habitués à repérer ce type de problèmes et à les soigner.

Cela vaut donc la peine d’y consulter, même si vous avez pleine confiance en votre médecin.

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 14 Novembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 26 Octobre 2015 : 11h14
Source : « Douleur chronique : reconnaître le syndrome douloureux chronique, l’évaluer et orienter le patient. » Haute Autorité de Santé (HAS), synthèse des recommandations professionnelles 2008.
(1) : Cette définition est celle de l’« International Association for the Study of Pain », Association internationale pour l’étude de la douleur.
A lire aussi
La psychologie : une spécialité complexePublié le 16/09/2006 - 00h00

Psychiatre, psychologue, psychanalyste, il est déjà difficile de s'y retrouver, mais c'est encore pire entre projection, transfert, cure de psychanalyse ou psychothérapie d'inspiration psychanalytique. Testez vos connaissances et approfondissez-les.

Comment vivre avec une douleur chronique ?Publié le 23/11/2009 - 00h00

La douleur n'est pas une fatalité, mais elle peut parfois devenir le quotidien des personnes souffrant de maladies chroniques. La priorité est de la combattre sur tous les fronts pour ne pas lui laisser le champ libre...

L’hypnose : une médecine complémentaire Publié le 20/01/2016 - 15h10

Pratiquée depuis le 19ème siècle, l’hypnose fait de plus en plus d’adeptes comme en témoigne son entrée progressive dans les hôpitaux et sa reconnaissance dans la prise en charge de certains troubles. Le point sur une médecine complémentaire en plein boom.

Plus d'articles